Sahuagin

Climat/Terrain
Tempéré/Eau salée
Fréquence
Peu commun
Organisation
Tribale
Cycle actif
Nocturne
Régime
Carnivore
Intelligence
Supérieure (13-14)
Trésor
N (I, O, P, Qx10, X, Y)
Alignement
Loyal Mauvais

Nombre
20-80
Classe d'Armure
5
Déplacement
12, ng 24
Dés de Vie
2+2
TACO
19
Nb d'attaques
5 ou 1
Dégâts/Attaque
1-2/1-2/1-4/1-4/1-4 ou selon l'arme employée
Attaques spéciales
Voir ci-dessous
Défenses spéciales
Voir ci-dessous
Résistance magique
Aucune
Taille
M (1,80 m de haut), mais certains sont G (2,70 m de haut)
Moral
Stable (12)
Valeur en PX
175
Lieutenant : 270
Chef : 420
Prêtresse : 650
Baron : 975
Prince : 2.000

Les sahuagins sont de maléfiques hommes-poissons vivant dans les eaux côtières des régions chaudes. Ils sont très organisés et aiment tout particulièrement s’en prendre aux bourgades du littoral pour s’amuser et trouver des créatures à dévorer.

La plupart ont le ventre vert, le dos vert sombre et les nageoires noires. Leurs gros yeux fixes sont noirs et luisants. Leur gueule est pleine de dents acérées. Quelques individus (environ 1 sur 216) sont des mutants dotés de quatre bras. Leur couleur va généralement du noir (dans le dos) au gris (sur le ventre). Les femelles sont légèrement plus petites que les mâles, c’est d’ailleurs la seule manière de les différencier. Les petits sont vert pâle, mais leur couleur s’assombrit de jour en jour et ils atteignent leur taille adulte 1 ou 2 mois après la naissance.

Les sahuagins parlent uniquement leur langue maternelle.

COMBAT : bien qu’ils ne revêtent jamais d’armure, ces monstres sont recouverts d’écailles rigides qui leur confère une CA 5. Ils portent un harnais qui leur sert à transporter leur équipement et leurs armes. Ils sont généralement armés de la façon suivante :

Arbalète lourde et dague Épieu et trident Trident, filet et dague
20% 30% 50%

Les épieux ne sont utilisés que comme des armes perforantes. Les filets sont dotés de dizaines de crochets qui interdisent toute fuite aux créatures attrapées (ainsi qu’aux personnages sans armure n’ayant pas au moins 16 en Force). Ces nasses sont remplacées par trois javelots par personne lorsque les sahuagins mènent une incursion dans les terres. Les arbalètes tirent à une distance maximale de 10 m sous l’eau et leur portée est tout ce qu’il y a de plus normale à l’air libre. Les tridents ont trois utilisations bien distinctes : attraper les proies de petite taille, combattre celles qui sont prises dans les filets et repousser les adversaires menaçants.

Les sahuagins sont magnifiquement armés pour se défendre même lorsqu’ils doivent se battre à mains nues. En effet, chacune de leurs mains palmées s’achève par de longues griffes délivrant 1d2 points de dégâts par coup. Leurs pieds sont dotés de griffes encore plus dangereuses, puisqu’elles délivrent 1d4 points de dégâts par coup. Enfin, leur gueule inflige, elle aussi, 1d4 points de dégâts. Un sahuagin désarmé a donc la possibilité d’attaquer entre 3 et 5 fois par round : 3 fois sur la terre ferme (1-2/1-2/1-4/) et 5 fois dans l’eau, où il peut utiliser ses pieds griffus (1-2/1-2/1-4/1-4/1-4).

La vue et l’ouïe de ces monstres sont particulièrement développées. Ils y voient à 100 m sous l’eau tant qu’ils ne dépassent pas une profondeur de 30 m. Au delà, leur champ de vision diminue de 3 m par tranche de 30 m de profondeur (autrement dit, ils y voient encore à près de 90 m de distance lorsqu’ils se trouvent à 150 m sous la surface, et à un peu plus de 60 m quand ils ont atteint la barre des 300 m de profondeur). Quant à leur ouïe, elle leur permet de détecter un tintement de métal à 1 mille marin (1,852 km) et le bruit d’une rame heurtant les flots 2 fois plus loin.

Une bande de sahuagins est toujours dirigée par un chef, assisté d’un lieutenant par tranche de 10 soldats sous ses ordres. Le chef a 4+4 DV, les lieutenants 3+3 DV chacun. Ces officiers viennent en plus des sahuagins normaux.

Lorsqu’elles s’en prennent à un village, ces créatures attaquent en masse, les officiers restant au second rang. Tant que la résistance reste assez faible, elles poursuivent leurs déprédations.

Mais c’est sous l’eau, au sein de leur élément, que les sahuagins sont les plus confiants. Ils sont habitués à se battre dans un univers en trois dimensions et aiment, par exemple, plonger sous leurs adversaires et resurgir derrière eux pour les prendre dans leurs filets.

Quand les sahuagins s’attaquent à un navire, ils l’abordent de toute part et tentent de submerger l’équipage sous le nombre. Il n’est pas rare qu’ils se saisissent de leurs adversaires et les jettent dans les flots, où un quart de leurs forces attend, des fois que les troupes d’assaut aient besoin de renforts. Certains officiers sont munis d’un coquillage qu’ils peuvent utiliser comme un cor pour signaler aux soldats de réserve qu’il est temps d’intervenir.

Ces monstres sont terrorisés par les jeteurs de sorts et dirigent la majeure partie de leurs assauts contre quiconque utilise un sort ou se sert d’un objet magique. Ils subissent un malus de -2 au jet de sauvegarde contre les sorts à base de feu, et ces mêmes enchantements leur infligent 1 point de dégâts supplémentaire par dé.

HABITAT/SOCIÉTÉ : on donne parfois aux sahuagins le nom de « diables des mers » ou de « démons des profondeurs ». Ils vivent dans les mers chaudes, à des profondeurs comprises entre 30 m et 500 m. Ces prédateurs-nés constituent une menace pour toutes les formes de vie car ils tuent pour le plaisir autant que pour se nourrir. Ils détestent l’eau douce et n’aiment pas non plus la lumière (si son intensité est trop vive, comme dans le cas d’un sort de lumière éternelle, cette dernière leur fait d’ailleurs très mal aux yeux).

La structure sociale des sahuagins s’articule autour d’un roi, qui gouverne depuis sa grande ville située loin sous la surface des flots. Son domaine est divisé en 9 provinces, chacune étant dirigée par un prince. Ces princes commandent un groupe de nobles (2d10+10) et chaque noble contrôle les petits groupes de sahuagins qui résident dans son fief. Ces créatures vénèrent un grand requin-démon. Il est extrêmement rare que leurs prêtresses dépassent le niveau 5.

Le roi est censé vivre dans une cité qui se trouve à la profondeur maximale qu’un sahuagin puisse atteindre. Cette ville aurait été bâtie au fond d’un canyon sous-marin, dont les deux versants s’orneraient de palais et d’édifices plus splendides les uns que les autres. On raconte que plus de 5.000 sahuagins y vivraient, sans même compter la cour du roi (reines, concubines, nobles, gardes, etc.). Quant au roi lui-même, ce serait un monstre à 10+10 DV doté d’une malice inconcevable. Il est toujours accompagné de 9 gardes nobles (9+9 DV chacun) et de la grande prêtresse de la race (9+9 DV, prêtresse de niveau 9), qui ne se déplace elle-même jamais sans ses 9 assistantes (7+7 DV, prêtresses de niveau 7).

Lorsque l’on affronte les sahuagins dans leur repaire, on y trouve également :

  • 1 baron (6+6 DV)
  • 9 gardes (3+3 DV chacun)
  • 3d4x10 femelles (2 DV chacune)
  • 1d4x10 petits (1 DV chacun)
  • 2d4x10 oeufs

 

De plus, il y a 10% de chances par tranche de 10 sahuagins présents que l’antre abrite également une prêtresse maléfique et ses 1-4 assistantes (la vie religieuse de ces créatures est, en effet, l’apanage des femelles). La prêtresse principale est généralement de niveau 5, tandis que ses assistantes sont de niveau 3.

On trouve toujours 2-8 requins dans un antre de sahuagins, et ces derniers sont capables de donner des ordres très brefs (un ou deux mots seulement) aux poissons. Chaque repaire a 5% de chances d’être en fait la citadelle d’un prince, fort de 8+8 DV et encadré par 9 gardes aussi puissants que des chefs. La prêtresse du lieu est de niveau 8, tandis que ses assistantes sont de niveau 4. Il y a deux fois plus de mâles, femelles, petits et oeufs dans le repaire d’un prince que dans celui d’un vulgaire baron, et les requins sont quant à eux au nombre de 4-24.

Les antres de sahuagins sont de véritables villes ou villages. Les édifices sont en pierre et leur toit est arrondi en forme de dôme. Les algues et autres formes de végétation marine qui poussent dessus les rendent difficiles à déceler.

Rares sont ceux qui ont survécu après avoir été enlevés par les sahuagins, car les captifs sont rapidement torturés et dévorés. Quiconque est ramené vivant d’un raid (ou intercepté après s’être introduit dans le repaire) est enfermé dans une cellule. Bien que les sahuagins soient capables de respirer à l’air libre pendant 4 heures, les zones de détention d’un village typique sont totalement inondées. Par contre, dans les villes des nobles, certains quartiers ont été tout spécialement conçus pour « accueillir » les créatures incapables de respirer sous l’eau. La plupart des prisonniers sont tués et dévorés sans autre forme de procès, mais les sahuagins en sélectionnent quelques-uns qui seront torturés ou qui leur prodigueront un spectacle de qualité (la plupart du temps, un combat à mort dans une arène entre deux créatures de race différente). Il est rare qu’un prisonnier parvienne à s’échapper, encore que ces monstres s’amusent parfois à faire croire à leurs captifs qu’une évasion est possible… puis se referment sur eux et les regardent se faire dévorer par les requins.

Les sahuagins sont cruels et brutaux. Les plus musclés s’imposent par la force à ceux qui sont plus faibles. Dès que l’un d’eux est blessé, infirme ou affaibli de quelque manière que ce soit, il est bien vite tué et mangé par ses congénères. Même les nouveau-nés qui présentent la moindre imperfection connaissent le même sort. Ces pratiques très dures font que la race est forte, et qu’un chef peut être défié à tout moment par ses subalternes. Les sahuagins ne cessent jamais de grandir, bien que ce processus se poursuive très lentement, et leur croissance n’est pas achevée même lorsqu’ils meurent de vieillesse. Les chefs sont toujours plus grands et plus forts que leurs subalternes. La rumeur voudrait que les neuf princes soient tous des mutants à quatre bras, tout comme le roi. Quand il y a duel entre deux sahuagins, le perdant est toujours mis à mort, soit au cours du combat, soit après (il arrive d’ailleurs parfois qu’il devienne le plat principal du festin que donne ensuite le vainqueur).

Ces duels se livrent toujours à mains nues, toute arme étant prohibée.

L’histoire retient des sahuagins qu’ils sont extrêmement maléfiques. Cela fait des siècles et des siècles qu’ils mènent des incursions contre les villes côtières (ils ont d’ailleurs totalement ravagé certaines régions, qui sont aujourd’hui désertes) et ils ne cessent de s’en prendre aux navires de passage. Personne ne sait d’où ils viennent réellement. D’aucuns avancent qu’il s’agissait autrefois d’humains extrêmement malfaisants transformés en créatures marines par les dieux loyaux mauvais pour qu’ils puissent survivre au déluge qui s’annonçait. Certains sages affirment que les sahuagins étaient des humains si dépravés qu’ils ont fini par régresser et devenir des hommes-poissons attirés par les profondeurs de l’océan. On raconte toutefois que les tritons pensent que les sahuagins sont de lointains descendants des elfes aquatiques et qu’ils auraient été enfantés par les drows.

Ces monstres ne s’éloignent jamais de plus de 90 km de leur repaire (50 milles marins). La plupart de leurs antres se trouvent à plus de 20 milles des côtes (2d10+20). Certains collectionnent les perles et les formations de corail, dont ils font des bijoux. De tels objets sont de véritables symboles de statut social. Ils aiment les richesses, qui permettent d’évaluer l’influence que chacun détient, et prennent un grand plaisir a sacrifier d’autres créatures aux dieux qu’ils vénèrent en échange de pouvoirs et de faveurs. La plupart de leurs possessions appartenaient autrefois à leurs victimes. Souvent, un grand nombre de leurs objets magiques sont en rapport avec l’élément eau (bateaux, tridents, heaumes, potions, amulettes, etc.). Ils les ont pris sur le cadavre d’aventuriers qui se sont approchés un peu trop près de leur antre.

Ces monstres désirent rien de moins que le contrôle total des côtes et cherchent à amasser le plus de richesses (et de pouvoir) possible tout en tenant secrète la position de leurs villes sous-marines. Les individus qui parviennent à s’échapper de leurs geôles sont poursuivis jusqu’au bout du monde, de peur qu’ils soient capables d’indiquer où se trouve le repaire où ils étaient détenus.

ÉCOLOGIE : les sahuagins surgissent des flots par les nuits sans lune pour attaquer et piller les villes côtières. Ils détestent même les ixitxachitl,pourtant aussi malfaisants qu’eux, et ne s’entendent qu’avec les requins (c’est d’ailleurs en grande partie la guerre plus ou moins larvée que les sahuagins livrent aux ixitxachitl qui a empêché la civilisation de ces derniers de prendre davantage d’ampleur).

Les sahuagins aiment tout particulièrement la chair de calmar géant et de kraken, et ils traquent si souvent ces monstres que, là aussi, ils jouent un grand rôle pour ce qui est de faire en sorte que leur nombre reste raisonnable. Et comme, de leur côté, krakens et calmars géants aiment également croquer du sahuagin, les diables des mers ne sont pas assez nombreux pour submerger les villes de la côte.

De toutes les races sous-marines, triton, elfes aquatiques, dauphins et chevaux marins sont les pires ennemis des sahuagins. En fait, les rares individus de la surface qui sont parvenus à s’évader des geôles de ces monstres le doivent souvent à l’intervention de ces créatures.

Source(s) :
Bestiaire Monstrueux

Vous ne pouvez pas poster de commentaire.