Givre

Climat/Terrain
Subarctique et froid/Forêts tempérées en hiver
Fréquence
Rare
Organisation
Tribale
Cycle actif
Tous
Régime
Omnivore
Intelligence
Supérieure
Trésor
Qx2 pour chacun
Alignement
Neutre bon

Nombre
1d6
Classe d'Armure
9 (5 en vol)
Déplacement
6, vl 24
Dés de Vie
1/2 (1d4 p.v.)
TACO
20
Nb d'attaques
1
Dégâts/Attaque
1-2 (dague)
Attaques spéciales
Sorts
Défenses spéciales
Invisible à volonté, immunisé contre le froid
Résistance magique
30%
Taille
Mi (30 cm de haut)
Moral
Stable (12)
Valeur en PX
650

Souvent appelés les fées des neiges, les esprits de la neige ou le peuple de l'hiver, ces petits êtres espiègles habitent dans les forets denses, faisant des migrations dans des régions plus froides au gré des saisons. Les givres sont de minuscules créatures elfiques avec des ailes d'abeilles bourdonnantes. Leur peau est bleu pâle bien qu'elle soit parfois plus sombre dans certaines régions subarctiques. Leurs cheveux sont blancs ou argentés, leurs yeux bleus ou gris et leurs vêtements globalement blancs avec des motifs gris, noirs, bleus et verts.

COMBAT : les givres, comme leurs cousins les esprits-follets et les pixies, sont enclins à faire des farces aux voyageurs mais ils limitent leurs blagues. Farces « intelligentes » signifie faire trembler la neige sous les guerriers de fortes carrures ou créer des parcelles de neige. Ils peuvent utiliser à volonté contrôle de la température sur un rayon de 3 mètres comme s'ils étaient du 10ème niveau.

Cependant, si des créatures mauvaises ou destructrices les importunent, elles doivent s'attendre à des mesures de rétorsion. Les givres n'attaquent jamais des êtres plus grands qu'eux en combat à mains nues : ils fuient et lancent leurs sorts de loin. Ils réservent leurs compétences de combat pour chasser de petits monstres ou des animaux de leur taille. Au départ, les attaques sont effectuées en exploitant l'environnement naturel. Par exemple, si des ennemis de grande taille traversent des lacs ou des mares gelées, les givres peuvent avoir recours à des sorts de contrôle de La température pour faire craquer la glace sous les pieds de leurs adversaires. Ils sont capables alors de lancer des sorts pour faire regeler l'eau si quelqu'un passe à travers, est submergé ou nage. S'il y a une occasion d'utiliser un piège par avalanche, les givres le feront contre des troupes ennemies importantes.

Si cela ne fonctionne pas, ils ont la faculté d'envoyer des sorts de cône de froid trois fois par jour à une capacité du 3ème niveau (3d4+3 p.v. de dégâts, cône de 4,5 m de long et de 1,50 m de large). Chacun peut également avoir les mains glaciales à volonté, tout comme le sort qui cause 1 à 2 points de dégâts par le froid au toucher et peut geler jusqu'à 4 litres de liquide par round dont les potions, l'eau bénite/maléfique. Un givre sur six est en mesure de projeter un rayon de froid de ses mains une fois par jour. Ce rayon est long de 27 mètres et fait 6d4+6 points de dégâts en cas d'échec du jet de sauvegarde contre les sorts. Si le jet est réussi, le rayon est trop petit pour occasionner des dégâts.

Les givres sont immunisés contre le froid. Les sorts basés sur le feu ou la chaleur leur font des dégâts normaux alors que du feu faisant 1 point de dégâts ou plus leur brûle les ailes, lesquelles ne peuvent pas repousser. Parce que les givres sont très légers, ils ne prennent que 1-2 points de dégâts suite à une chute de plus de 3 mètres quelle qu'en soit la hauteur et ils n'auront rien s'ils atterrissent sur de la neige.

HABITAT/SOCIÉTÉ : les givres vivent presque toujours en petites communautés familiales, bien que certaines collectivités soient des expéditions d‘exploration parties voir le grand monde, répandre la zizanie ou chasser les gemmes et les cristaux dont ils raffolent et qu’ils amassent. D'un naturel nomade, ils font leur repaire dans les arbres creux, les abris rocheux, les tanières abandonnées d'animaux et autres, ne restant jamais au même endroit plus d'une année. Ils fabriquent peu de choses, habituellement ils ne font que des vêtements bien qu'on ne sache pas comment ils les réalisent. Leurs armes, semblables aux dagues, sont en réalité des glaçons durs et tranchants.

Si on les approche prudemment et qu'on leur offre des gemmes, les givres peuvent être très utiles à des personnes bien élevées qui ne restent pas longtemps dans leurs bois. Ils préfèrent dans l'ordre : les autres êtres féériques des bois, les elfes et les dryades, les petites—gens et, très loin derrière, les autres. Ils guerroient constamment contre de petites créatures maléfiques comme les prestelets. Certaines communautés de givres travaillent étroitement avec les elfes et les êtres fées afin de défendre leurs bois contre les gobelins et autres envahisseurs, mais ils attaqueront aussi probablement des bûcherons, des chasseurs ou des constructeurs de villes imprudents.

Les givres parlent leur propre langue, l'elfe et jusqu'à trois autres langages d'alliés habitant aux alentours. Ils ne savent pas lire et écrire et cela ne les intéresse pas du tout.

ÉCOLOGIE : les givres n'ont pas beaucoup d'effets globaux sur leur environnement dans la mesure où leurs besoins en nourriture et en matériaux sont pour le moins minimes. Autant qu'on le sache, ils ne sont d'aucune utilité comme éléments de sorts bien que l'on dise que par le passé certains sorciers maléfiques se seraient penchés sur cette possibilité. On sait que quelques uns de ces sorciers ont eu des accidents stupides et mortels en traversant des rivières gelées ou en voyageant dans des forets denses en hiver. Ces pertes ont certainement ralenti leurs recherches.

Source(s) :
Bestiaire Monstrueux - Appendice 1 - Les Royaumes Oubliés - Les Monstres des Royaumes

Vous ne pouvez pas poster de commentaire.