Sous le Soleil brûlant

Venez nous compter vos récits d'aventures.
Avatar de l’utilisateur
Betanaelle
Dracoliche
Messages : 942
Inscription : Lun 18 Oct 2021 22:29
Localisation : Colombes
Version de D&D préférée : AD&D2
Univers de D&D préféré : Dark Sun
Race : Thri-kreen
Classe : Psioniste
Alignement : Neutre Bon
Dieu : ?

Sous le Soleil brûlant

Message par Betanaelle »

Campagne DARKSUN Maitre de Jeu : Betanaelle
Début de la Campagne : 11/09/2022

Joueurs/Personnages/Races/Classes :
Zedafty/Tobi/Petite Gens/Ranger Arrivée le 11/09/2022
Baltruss/Lafus/Petite Gens/Voleur-Psioniste Arrivée le 11/09/2022 et Départ le 21/01/20234
Yoshivert555/Zelthalis/Demi-Elfe/Barde-ProfanateurPréservateur ou Gallus/Humain/Préservateur Arrivée le 11/09/2022
Mangor/Okrizil/Mûl/Guerrier ou Tekqharil/Thri-kreen/Prêtre-Psioniste Arrivée le 11/09/2022 – Départ le 27/08/2023
Kankal/Kankal/Tarek/Guerrier arrivée le 08/01/2023
Ildorn/Shabaka/demi-elfe/Clerc du feu Arrivée le 19/03/2023
Hawkless/Li-Khâan/Pterran/Psioniste Arrivée le 27/08/2023 - Départ le 15/10/2023
Thogui/Braun/Nain/Guerrier/psioniste Arrivée le 26/11/2023 - Départ 03/12/2023
Mussebe/Lhoris/Elfe/Préservatrice Arrivée le 26/11/2023 – Départ 12/12/2023
Machu/Grôm/Mûl/Gladiateur Arrivée le 10/12/2023
GAYAL/Gubbr’ach/Demi-Géant/Gladiateur Arrivée le 07/01/2024


Chaque chapitre ne correspond pas obligatoirement à une séance de jeu. Ils correspondent souvent à une journée dans le jeu.
Il a parfois fallu plusieurs séances pour terminer un chapitre, mais plusieurs chapitres ont pu passer en une séance.

================================================================================
--------------------------------------------------------------------------------
# Livre 1 – De Urik à Tyr (du 11/09/2022 au 20/11/2022)
--------------------------------------------------------------------------------
================================================================================

Chapitre 1 – Le chariot
Chapitre 2 – Nouveaux arrivants
Chapitre 3 – Tortures psioniques et projet d’évasion
Chapitre 4 – Disparition d’un garde dans la nuit, tortures physiques et projet d’évasion
Chapitre 5 – Évasion, combattre un profanateur et un psioniste
Chapitre 6 – Fouille et préparatifs pour abandonner le chariot
Chapitre 7 – En promenade, chasse au dahu ! Non, lièvre athasien et baazrag
Chapitre 8 – La grotte aux hej-kin, première partie
Chapitre 9 – La grotte aux hej-kin, deuxième partie
Chapitre 10 – Épilogue de la grotte aux Hej-kin, retour à la promenade, encore du dahu !
Chapitre 11 – Le Halo de Myra
Chapitre 12 – Promenade, lapins et lézards balistiques
Chapitre 13 – Oasis, enfants nains et kluzd
Chapitre 14 – Kled, le secret d’Alâa
Chapitre 15 – Ambassadrices Villichi, la fin du voyage vers Tyr

================================================================================
--------------------------------------------------------------------------------
# Livre 2 – À Tyr (du 28/11/2022 au 11/12/2023) (3 jours)
--------------------------------------------------------------------------------
================================================================================

Chapitre 1 – Première journée dans Tyr (1 jour)
Chapitre 2 – Les derniers jeux de Kalak, Tyran de Tyr (1 jour)
Chapitre 3 – Liberté et nouveaux départs (1 jour)

================================================================================
--------------------------------------------------------------------------------
# Livre 3– De Tyr à Altaruk et d’Altaruk à l’avant-poste n°10
--------------------------------------------------------------------------------
================================================================================

Chapitre 1 – De Tyr à Altaruk (11/02/2023) et d’Altaruk à l’avant-poste n°10 (du 09/01/2023 au 17/01/2023 (3 jours + 3 jours)

================================================================================
--------------------------------------------------------------------------------
# Livre 4 – Avant-poste n°10 (du 22/01/2023 au 16/07/2023)
--------------------------------------------------------------------------------
================================================================================

Chapitre 1 – L’avant-poste n°10 (1 jour)
Chapitre 2 – Campement la nuit – Un chasseur sachant chasser ne revient pas bredouille mais blessé (1 jour)
Chapitre 3 – Promenons-nous dans les bois… (1 jour)
Chapitre 4 – Visite chez les tareks (1 jour)
Chapitre 5 – Le village de la tribu des Colibris (1 jour)
Chapitre 6 – Retour à l’avant-poste (2 jours)
Chapitre 7 – La bataille et retour à l’avant-poste qui a été attaqué (1 jour)
Chapitre 8 – La forteresse du Griffon (1 jour) [arrivée de Ildorn avec son perso Shabaka]
Chapitre 9 – Chasse au baazrag (2 jours)
Chapitre 10 – Les aviarags (1 jour)
Chapitre 11 – Grotte des esprits en colère – Exploration (3 jours) (16/04/2023)
Chapitre 12 – Grotte des esprits en colère – Les giths survivants !
Chapitre 13 – Grotte des esprits en colère – La tribu tari
Chapitre 14 – Grotte des esprits en colère – La grande salle aux araignées et une présence inattendue [RP fait directement sur le Discord]
Chapitre 15 – Grotte des esprits en colère – Combat contre les araignées, première partie
Chapitre 16 – Grotte des esprits en colère – Combat contre les araignées, deuxième partie, et de nouveaux passages à explorer
Chapitre 17 – Grotte des esprits en colère – La grande caverne, les cristaux géants et le gouffre
Chapitre 18 – Retour à l’avant-poste n°10 avec pleins de richesse – Une nouvelle aventure commence dans le Versant forestier (5 jours) (16/07/2023) [Arrivée de Panumo (joueur Elliot), Mangor absent]

================================================================================
--------------------------------------------------------------------------------
# Livre 5 – Versant forestier (du 23/07/2023 au 01/10/2023)
--------------------------------------------------------------------------------
================================================================================

Chapitre 1 – Voyage vers la tribu des Lézards (23/07/2023) (4 jours) [Mangor absent]
Chapitre 2 – Prisonniers des petite-gens – Les trin (27/08/2023) [Arrivée de Li-Khâan (joueur Hawkless), Mangor prévient qu’il ne pourra plus venir jouer à cette heure]
Chapitre 3 – Le Temple des Deux lunes ou le temple des hommes-serpents (03/09/2023) (1 jour)
Chapitre 4 – Chasse au kirre (10/09/2023) (1 jour)
Chapitre 5 – Direction Chak’sa (24/09/2023) (4 jours)
Chapitre 6 – Chak’sa, le départ de Tekqharil– Retour à Tyr (1 jour) (01/10/2023)

================================================================================
--------------------------------------------------------------------------------
# Livre 6 – Retour à Tyr et départ vers Altaruk
--------------------------------------------------------------------------------
================================================================================

Chapitre 1 – Tyr – Les elfes de la tribu des Oreilles percées et Zeltheris) (1 jour) (15/10/2023)
Chapitre 2 – Tyr – Demande d’emploi auprès de la maison Wavir (1 jour) (22/10/2023)
Chapitre 3 – De Tyr à Altaruk (5 jours de voyage + 1 jour d’attente) (12/11/2023)

================================================================================
--------------------------------------------------------------------------------
# Livre 7 – Altaruk, Gulg et avant-poste n°10
--------------------------------------------------------------------------------
================================================================================

Chapitre 1 – D’Altaruk vers Gulg – Caravane de deux chariots chargés de métaux (5 jours de voyage) (19/11/2023)
Chapitre 2 – Commerce – Nouveaux compagnons – Retour à Altaruk (1 jour à Gulg + 5 jours de voyage) (26/11/2023) [Arrivée de Lhoris et Braun]
Chapitre 3 – Préparatifs – L’île du Grand fourchon – Les coureurs de pulvre (5 jours + 2 jours sur place + 3 jour pour retourner à Altaruk) (04/12/2023)
Chapitre 4 – Retour à l’avant-poste 10 (5 jours) (17/12/2023)
Chapitre 5 – Ramassage du bois – Gubbr’ash le demi-géant (4 jours) – En attendant Alâa (53 jours) – Le retour d’Alâa (07/01/2024)
Chapitre 6 – Alâa histoires yuan-ti – Prochaines aventures (14/01/2024) (6 jours)
Chapitre 7 – Départ vers Kalidnay en passant par l’oasis perdue (21/01/2024) (4 jours)

================================================================================
--------------------------------------------------------------------------------
Livre 8 – Kalidnay et alentours
--------------------------------------------------------------------------------
================================================================================

Chapitre 1 – La ville – la ziggourat (28/01/2024) (1 jour)
Chapitre 2 – Le morg (04/02/2024) (1 jour)
Chapitre 3 - Fort Thétys (11/02/2024) (1 jour)
Chapitre 4 – Chasse au gith dans les oasis (11/02/2024 -18/02/2024) (2 jours)
Chapitre 5 - Retour au fort Thétys et à Kalidnay (25/02/2024) (1 jour)
Chapitre 6 – La Horde – Le Dragon – Les Jozhals (03/03/2024) (2 jours)
Chapitre 7 – Perdu (10/03/2024) (1 jour)
Chapitre 8 – Le sanctuaire bleu – La flaque de Durg (17/03/2024) (2 jours)
Chapitre 9 – Le Dhaot – Les Fléaux (24/03/2024) (2 jours)
Chapitre 10 - Le Banshee – Retour au sanctuaire – Retour à fort Thétys – Retour à l’avant-poste (07/04/2024) (7 jours)
Chapitre 11 – Retour à l’avant-poste – Les Lirr des montagnes (14/04/2024) (2 jours)

================================================================================
--------------------------------------------------------------------------------
Livre 9 – Enquêtes à Tyr
--------------------------------------------------------------------------------
================================================================================

Chapitre 1 – Vol mystérieux autour de place de fer – Les cryptes (du 19/05/2024 au 26/05/2024) (1 jour)
Chapitre 2 – Les cryptes (suite) – Morts-vivants (02/06/2024)
Chapitre 3 – Les cryptes (suite) – Faria le Fael (09/06/2024) (2 jours)
Dernière édition par Betanaelle le Lun 17 Juin 2024 22:10, édité 15 fois.
"Les cons ça osent tout. C'est même à ça qu'on les reconnait."
Michel Audiard (Les tontons flingueurs)
"Dialoguer avec un con c'est comme essayer de faire jouir une poupée gonflable. "
Michel Audiard
COMPTE RENDU DE CAMPAGNE DARKSUN
Avatar de l’utilisateur
Betanaelle
Dracoliche
Messages : 942
Inscription : Lun 18 Oct 2021 22:29
Localisation : Colombes
Version de D&D préférée : AD&D2
Univers de D&D préféré : Dark Sun
Race : Thri-kreen
Classe : Psioniste
Alignement : Neutre Bon
Dieu : ?

livre 1 - Chapitre 1 - Le chariot

Message par Betanaelle »

Chapitre 1 – Le chariot
C’est dans une atmosphère moite, dans les relents d’urine et de sueur qu’ils se trouvaient. Des esclaves, neuf esclaves dans 15 m², tous attachés, avec des menottes en cuir aux mains, aux pieds et autour du cou, dans lesquelles passaient un os en forme d’anneau fait dans le fémur d’un inix.

À travers les anneaux d’os passait une longue corde faite en cheveux de géant, qui ressortait par une des parois pour aller s’attacher contre un autre anneau en os fixé au mur de l’autre côté de la pièce où ils étaient enfermés.

Pas assez de place pour s’allonger, et juste assez de longueur de corde pour aller faire ses besoins dans le pot qui était au milieu de la pièce.

Il y avait Archy un jeune voleur humain, ainsi que Zephyr un autre jeune voleur mais demi-elfe, Taron un esclave humain qui était un fontainier et puisatier, Borin un artisan nain, Graziella une esclave sexuelle humaine, Tobi et Lafus deux petites-gens, Zeltheris une demi-elfe et Okrizil un mûl. Ce dernier avait eu droit à un traitement de faveur, au vu de sa puissante musculature, un carcan fait de deux branches d’agafari attaché par la corde en cheveux de géant qui lui enserrait le cou et les deux poignets.

Leurs vêtements leur avaient été enlevés et ils ne portaient que le pagne d’esclave, et un petit bustier pour Graziella et Zeltheris.

Le chariot était tiré par une paire de mekillots et transportait une cargaison assez lourde dans la soute principale. Il était parti d’Urik avec son chargement et se dirigeait vers Tyr. Autant qu’il avait été possible de voir, l’équipage était composé de six hommes et d’un conducteur qui en était aussi le chef. Le chariot semblait assez vieux et normalement il aurait dû y avoir le double de gardes.

La routine était très simple, le matin après le départ du chariot au levée du soleil, les gardes venaient vérifier les attaches, puis ils servaient à manger, une sorte de gruau en partie moisi, et à boire, un litre d’eau dans un second récipient. Le soir ils revenaient, pour à nouveau vérifier les liens, et servaient un autre litre d’eau. Ils profitaient de chacun de leur passage pour vider le seau qui servait de latrine.

On aurait pu croire que la promiscuité aurait délié les langues, mais chacun restait dans ses pensées, comme abattu. Tel était le triste état des neuf personnes.
Au quatrième jour de voyage, un évènement vint perturber la monotonie habituelle.
Dernière édition par Betanaelle le Dim 28 Jan 2024 18:23, édité 2 fois.
"Les cons ça osent tout. C'est même à ça qu'on les reconnait."
Michel Audiard (Les tontons flingueurs)
"Dialoguer avec un con c'est comme essayer de faire jouir une poupée gonflable. "
Michel Audiard
COMPTE RENDU DE CAMPAGNE DARKSUN
Avatar de l’utilisateur
Betanaelle
Dracoliche
Messages : 942
Inscription : Lun 18 Oct 2021 22:29
Localisation : Colombes
Version de D&D préférée : AD&D2
Univers de D&D préféré : Dark Sun
Race : Thri-kreen
Classe : Psioniste
Alignement : Neutre Bon
Dieu : ?

Livre 1 - Chapitre 2 - Nouveaux arrivants

Message par Betanaelle »

Chapitre 2 – Nouveaux arrivants
Le chariot s’arrêta en fin de matinée et le bruit étouffé d’une discussion parvint aux oreilles les plus sensibles du groupe d’esclaves. Passées quelques minutes, la porte latérale du chariot s’ouvrit, puis se referma aussi vite. La porte de la geôle s’ouvrit quelques minutes plus tard et les gardes y jetèrent une jeune fille.

Ils lui avaient passé des menottes en cuir aux poignets, qu’ils avaient attachées ensemble, mais n’avaient pas jugé important de passer la corde en cheveux de géant à l’intérieur de l’anneau d’os et ses pieds n’étaient pas entravés, ce qui lui permettait de se déplacer dans la petite pièce. Peut-être qu’ils étaient fainéants, car il aurait fallu d’abord détacher la corde du mur, avant de la faire passer par les menottes, soit parce qu’ils n’avaient pas trouvé l’adolescente bien dangereuse.

Elle mesurait environ un mètre soixante et devait peser quarante kilos, plutôt mince, avec de longs cheveux noirs aux reflets verts et des yeux légèrement bridés mais de couleur dorée et devait avoir 15-16 ans. Elle portait un petit haut sans manche qui lui arrivait jusqu’au nombril et un pantalon bouffant déchiré. Après s’être levée et avoir fait le tour de la pièce, elle aida le mûl à boire, puis s’assit et raconta brièvement son histoire.

Elle était avec son père, un chercheur d’artefacts, dans les ruines de Yaramuké quand ils furent attaqués, par un groupe de trois personnes, deux sbires qui étaient à la solde de Melcrom, un profanateur qui avait par le passé fait affaire avec son père. Ce dernier utilisa sa magie impie contre son lui, un éclair qui le tua sur le champ, pendant que les deux sbires lui tombaient dessus alors qu’elle était dans son campement. Après qu’elle eut été ligotée, l’infâme Melcrom est arrivé, et après avoir récupéré toutes leurs affaires, ne trouvant pas ce qu’il cherchait, il lui demanda où se trouvait leur butin. Pour gagner du temps, elle dit à Tyr. Alors ils partirent tous sur des kanks, en direction d’Urik, c’est là qu’ils rejoignirent le chariot.

Ce n’est que le soir, après le dernier passage des gardes et la vérification des liens et l’attribution de la ration d’eau et une fois que le chariot s’arrêta pour la nuit, qu’elle se leva et utilisa un pouvoir psionique pour rétrécir son bras droit et le libérer de la menotte en cuir. Puis elle se dirigea vers la porte, passa son bras entre les interstices pour pouvoir tirer délicatement le loquet qui la verrouillait. Puis, elle disparut aux yeux de tous après avoir refermé doucement la porte derrière elle. Moins de cinq minutes plus tard, la porte se rouvrit et elle refit la même manœuvre dans l’autre sens, referma la porte et remit son bras dans les menottes, avant de lui rendre sa taille normale.

Elle raconta ce qu’elle avait vu aux autres esclaves. Le couloir qui faisait le tour du chariot, les alcôves pour les gardes, la soute au milieu, mais qu’elle n’avait pas exploré plus avant n’ayant pas de lumière.
Dernière édition par Betanaelle le Dim 28 Jan 2024 18:27, édité 1 fois.
"Les cons ça osent tout. C'est même à ça qu'on les reconnait."
Michel Audiard (Les tontons flingueurs)
"Dialoguer avec un con c'est comme essayer de faire jouir une poupée gonflable. "
Michel Audiard
COMPTE RENDU DE CAMPAGNE DARKSUN
Avatar de l’utilisateur
Betanaelle
Dracoliche
Messages : 942
Inscription : Lun 18 Oct 2021 22:29
Localisation : Colombes
Version de D&D préférée : AD&D2
Univers de D&D préféré : Dark Sun
Race : Thri-kreen
Classe : Psioniste
Alignement : Neutre Bon
Dieu : ?

Livre 1 - Chapitre 3 - Tortures et projets d'évasion

Message par Betanaelle »

Chapitre 3 – Tortures Psioniques et Projet d’évasion
Le lendemain, la journée commença comme les autres jours ; vérification des attaches en cuir et de la corde en cheveux de géant par les gardes, puis la nourriture et l’eau furent données aux esclaves. Comme elle l’avait fait la veille ; Alâa aida le mûl à manger et boire, elle lui donna même son gruau et se contenta de boire sa ration d’eau.

« Je ne peux pas manger ce genre de nourriture, je serai malade et cela diminuerai grandement mes chances de survie à moyen terme. Je préfère jeûner quelques jours, j’ai des réserves, je trouverai bien une solution d’ici là. »

Puis un peu plus tard dans la matinée, deux gardes vinrent la chercher et elle fut emmenée sans ménagement. Puis après quelques minutes, on l’entendit crier de la zone avant du chariot. Les cris étaient espacés de plusieurs minutes et tout semblait faire penser à un interrogatoire musclé. Ce n’est qu’après un long moment, certainement beaucoup trop long pour les esclaves, que les gardes ramenèrent la jeune fille, la poussant sans ménagement dans la geôle. Elle chuta au sol mais ne se releva pas, tous ses muscles semblaient avoir fourni un effort intense, on les voyait trembler sous la peau, comme si on les secouait de l’intérieur et ses gémissements étaient les seuls bruits dans le lourd silence du cachot. Pourtant, même dans la pénombre, on pouvait voir qu’il y avait aucune blessure visible sur son corps.
Au bout de plusieurs les minutes, les spasmes musculaires s’étant arrêtés, Alâa finit pas s’asseoir.

« C’est le conducteur du chariot qui m’a fait ça, c’est un psioniste et c’est aussi le chef de la caravane. Cette saloperie de Melcrom posait juste les questions et jubilait à chaque fois que l’autre utilisait ses pouvoirs sur moi. Les enflures. Je ne sais pas vous, mais moi je ne compte pas rester très longtemps ici, j’ai réussi à ne rien dire, mais pas sûre que j’y arriverais demain s’ils continuent. Doit bien y avoir un moyen de nous libérer ! »

Après la seconde distribution d’eau, et la vérification des liens, quand la caravane se fut arrêtée pour la nuit, et que la nuit se fut installée, Alâa se mit contre la porte et tendit l’oreille, elle resta là un long moment, puis comme la veille, rétrécit son bras, se libéra de l’entrave et passa le bras pour ouvrir la porte et disparut silencieusement dans le couloir. Elle revint quelques minutes plus tard, referma la porte et se réinstalla dans la pièce. Elle fit un compte-rendu de ce qu’elle avait entendu et vu, car les gardes parlaient de l’obsidienne qu’ils transportaient, et qu’elle pensait pouvoir en récupérer un morceau, pas trop gros pour ne pas être vue, mais suffisant pour entailler la corde. Cette idée avait claqué, comme un coup de fouet, elle dévisagea tous ses compagnons d’infortune comme si elle pouvait les voir dans la nuit. Ne restait plus qu’à mettre au point un plan !
Dernière édition par Betanaelle le Dim 28 Jan 2024 18:30, édité 2 fois.
"Les cons ça osent tout. C'est même à ça qu'on les reconnait."
Michel Audiard (Les tontons flingueurs)
"Dialoguer avec un con c'est comme essayer de faire jouir une poupée gonflable. "
Michel Audiard
COMPTE RENDU DE CAMPAGNE DARKSUN
Avatar de l’utilisateur
Betanaelle
Dracoliche
Messages : 942
Inscription : Lun 18 Oct 2021 22:29
Localisation : Colombes
Version de D&D préférée : AD&D2
Univers de D&D préféré : Dark Sun
Race : Thri-kreen
Classe : Psioniste
Alignement : Neutre Bon
Dieu : ?

Chapitre 4 – Disparition d’un garde dans la nuit, Tortures Physiques, Projet d’évasion

Message par Betanaelle »

Chapitre 4 – Disparition d’un garde dans la nuit, Tortures Physiques, Projet d’évasion
Le lendemain matin, une agitation se fit entendre dans les couloirs du chariot.

« Mais il est passé où ce con là ? C’était lui qui faisait le dernier tour de garde ! Allez voir dehors s’il y a des traces, ne restez pas là à me regarder comme des b’rohgs*. Vous n’avez rien entendu de bizarre cette nuit ? Et allez donner à manger aux esclaves et vérifier leurs liens, faut tout que je fasse ici, c’est dingue, je vais essayer de sonder pour voir si je le trouve. »

Visiblement le chef était particulièrement inquiet parce qu’un de ses gardes avait disparu dans la nuit. Ce qui retarda l’arrivée de l’insipide repas des esclaves, à peine moins pire que les jours précédents, et l’inspection matinale.

Alâa demanda si une personne avait entendu quoi que ce soit cette nuit. Et un des jeunes voleurs dit qu’il avait entendu une cloche dans son sommeil, qui l’avait en partie réveillé comme s’il était toujours dans son rêve mais actif, il a voulu sortir mais a été arrêté par les liens.

« Des belgoïs** », dit Alâa, « Ces cochonneries de demi-humains, seconds après les profanateurs dans l’échelle de la destruction. Ils s’en prennent à toutes les formes de vie qu’ils peuvent trouver, jusqu’à ce que la région soit entièrement vidée, puis ils se déplacent pour piller un autre endroit. »

Tout le monde connaissait ces infâmes créatures, même si peu de gens vivants pouvait en avoir vues, les rencontrer était souvent synonyme de mort. Aucun roi-sorcier n’acceptait leur présence à moins de quatre jours de sa ville, mais le chariot était déjà loin. Ils attaquent de nuit, utilisant leur pouvoir psionique de domination qu’ils activaient grâce à une petite cloche en bois, en chitine, voire en métal.

Alâa avait à peine fini d’aider Okrizil à manger que la porte s’ouvrit sur deux gardes qui l’attrapèrent par les bras pour la faire sortir de la pièce.
Pendant de nombreuses minutes on entendit des cris venant de l’avant du chariot, certains venant d’Alâa, les autres de ses tortionnaires. Là encore ça dura un long moment, puis quand ça eut fini par se calmer, on entendit crier Melcrom.

« Mais attrapez là vite, elle s’enfuit cette peste ! Sale vipère, elle m’a mordu ! »

L’ouverture de la porte de la soute à côté de leur cachot et la course précipitée des gardes indiquaient où s’était réfugiée la jeune fille. Mais ses derniers la rattrapèrent bien vite, l’extirpèrent sans ménagement et la jetèrent aux pieds des autres esclaves, entièrement nue, avec de nombreuses ecchymoses sur le corps et les cuisses. Ils lancèrent également dans la pièce ses vêtements déchirés.

« Je serais toi je ne les remettrais pas, ça lui fait trop plaisir de les déchirer. », dit goguenard un des gardes avant de refermer la porte.Alâa était restée au sol les mains entre ses cuisses, les pieds recroquevillés. Comme prostrée. C’est Graziella qui la première rompit le silence, elle qui avait passé les premiers jours de voyage à pleurnicher et que l’on pensait totalement abattue.

« Ce n’est rien petite, respire un grand coup et souffle fort pour que tout sorte, souffle jusqu’à ne plus pouvoir le faire. Tout passe petite, tout ! Si j’arrive à le faire, toi aussi, toi tu es forte. »La jeune fille s’assit, ramassa ses vêtements, qu’elle arrangea pour se fabriquer un bandeau pour cacher sa poitrine et une sorte de jupe culotte. Sans rien dire, elle passa ses mains sous ses orteils et en sortit deux petites lamelles de quelques centimètres d’obsidienne, qu’elle y avait cachées.

« Parlons évasion !», dit-elle tout bas à son assemblée, en leur montrant les éclats de roche noire, un sourie carnassier aux lèvres, prête à en découdre.



* Race de demi-géants primitifs à quatre bras, au quotient intellectuel très faible, souvent utilisés comme gladiateurs de par leurs capacités martiales, la plupart du temps trop bêtes pour chercher à s’enfuir.
**Race de demi-humains ne vivant exclusivement que par le pillage, ne produisant rien ; ils viennent juste après les profanateurs dans l’échelle de la destruction de la planète. Ne lâchent jamais leurs proies quand ils en trouvent, jusqu’à ce que toutes soit dévorées.
Dernière édition par Betanaelle le Dim 28 Jan 2024 18:37, édité 1 fois.
"Les cons ça osent tout. C'est même à ça qu'on les reconnait."
Michel Audiard (Les tontons flingueurs)
"Dialoguer avec un con c'est comme essayer de faire jouir une poupée gonflable. "
Michel Audiard
COMPTE RENDU DE CAMPAGNE DARKSUN
Avatar de l’utilisateur
Betanaelle
Dracoliche
Messages : 942
Inscription : Lun 18 Oct 2021 22:29
Localisation : Colombes
Version de D&D préférée : AD&D2
Univers de D&D préféré : Dark Sun
Race : Thri-kreen
Classe : Psioniste
Alignement : Neutre Bon
Dieu : ?

Chapitre 5 – Evasion, Combattre un Profanateur et un Psioniste

Message par Betanaelle »

Chapitre 5 – Evasion, Combattre un Profanateur et un Psioniste
La première chose que fit Alâa fut de cacher les petites lames d’obsidienne, « On n’est jamais assez prudent. », dit-elle. « Une fouille intempestive réduirait à néant notre projet. »

Elle connaissait le plan du chariot et alla discuter avec chacun de ses coéquipiers d’infortune pour mettre au point un plan.
La conclusion était simple, la corde en cheveux de géant qui les maintenait tous était la priorité, les attaches en cuir étant trop nombreuses et épaisses, on s’en occuperait plus tard, mais la force physique du mûl était indispensable. Borin, le nain, en temps qu’ouvrier spécialisé dans la fabrication d’armes, savait manipuler la lame pour entailler la longue corde. Alâa, elle, s’occuperait des liens enserrant le carcan de bois d’Okrizil. Le travail commencerait après le dernier passage des gardes le soir, dès que le chariot serait arrêté pour la nuit. Dès que tout le monde serait libéré, il suffirait de rester à l’écoute des bruits des gardes pour trouver le bon moment pour attaquer. De préférence assez tard dans la nuit, après l’attaque mentale des belgoïs.

L’assaut se ferait en deux groupes, l’un irait s’occuper des gardes, pour leur dérober leurs armes dans leur sommeil, ce qui donnerait aux esclaves un petit avantage dans le cas où ils se réveilleraient, Archy et Zephyr furent chargés de cette tâche au vu de leurs compétences de roublard, secondés par Borin, Taron et Graziella, les deux derniers ne sachant pas se battre devaient récupérer les armes pour les emmener à l’autre groupe, qui de manière simultanée devait passer par l’autre côté pour aller s’occuper du profanateur qui était la priorité à cause de sa magie, puis ils devait s’en prendre au psioniste. Le rôle d’Alâa était d’utiliser ses compétences psychométaboliques pour passer sous la porte afin de l’ouvrir de l’intérieur. Et à ce moment là, les deux combattants qu’étaient Tobi et Okrizil se rueraient dans la pièce pour a minima immobiliser le sorcier, voire le tuer s’ils pouvaient prendre les dagues qu’il avait avec lui ; dont les dagues en os du père d’Alâa et la sienne, Zeltheris et Lafus resteraient dans le couloir, prêts à bloquer le psioniste quand il sortirait de sa chambre, car le bruit de la lutte finirait certainement par le réveiller, le temps qu’Okrizil se retourne contre lui. Le mûl devrait là aussi faire la différence.Le début du plan se passa exactement comme il avait été décidé, même mieux que prévu. Sur la première plateforme fut trouvé un gourdin abandonné par un garde qui avait disparu – attiré par les belgoïs par suite de leurs attaques psychique – qu’Okrizil s’empressa de réquisitionner. Et pendant que les deux jeunes voleurs subtilisaient les armes des derniers gardes endormis, Alâa utilisa son pouvoir pour passer sous la porte afin de la déverrouiller.

Tout avait si bien commencé, mais tout aurait pu très mal se terminer, car au moment où Alâa finissait de reprendre sa taille normale pour tirer le loquet, un cri assourdissant se fit entendre.

« Alarme ! Alarme ! Alarme ! Alarme !  » Le son venait de la porte et la fit sursauter. En une fraction de seconde elle tira le loquet et ouvrit en grand pour se cacher derrière, tout en se maudissant de n’avoir pas pensé à ça.

Le mage fut le plus rapide. Il incanta un sortilège qui ne lui prit que quelques secondes et quand il le lança une vive douleur se répandit dans le corps de toutes les personnes à moins de cinq mètres quand l’infâme magie profanatrice consuma les plantes environnantes, souillant irrémédiablement la terre.
Le sort n’eut aucun effet sur Okrizil et Tobi, qui se ruèrent sur Melcrom ; aucun effet non plus sur Lafus et Zeltheris, mais il avait quand même fonctionné. Les gardes, Zephyr et Archy, Borin, Taron, Graziella et Alâa, s’étaient instantanément endormis.

Tobi se jeta sur les jambes de l’arcaniste alors qu’ Okrizil frappait de son gourdin et faisait mouche.
« Alarme ! Alarme ! Alarme ! » Le cri lancinant s’arrêta enfin et c’est aussi à ce moment que le psioniste et conducteur du chariot sortit de sa chambre pour se diriger vers celle de Melcrom en beuglant.« Gardes ! Gardes ! »

Il passa devant Zeltheris sans la voir. Elle s’était cachée dans l’ombre, entre la tour et la plateforme de tir. Elle attendit qu’il lui tourne le dos avant de réciter la courte phrase qui déclenchait le projectile magique. Mais elle aussi utilisa l’infâme magie profanatrice et un cercle de cinq mètres de destruction noircit également le sol, mais seul le psioniste était dans le cercle, et il fut le seul à ressentir la douleur, ce qui lui fit perdre sa concentration.

Pendant ce temps, le profanateur, bien qu’entravé aux jambes, s’apprêtait à lancer un nouveau sortilège, car déjà il récitait son langage de mort. Mais le sort était certainement plus puissant car plus long, et Okrizil eut le temps de frapper une seconde fois. Il y mit toute sa force, l’humain était juste sous lui, il ne pouvait pas le rater. Le puissant coup de gourdin éclata sa tête, comme une calebasse est éclatée sous le pied d’un demi-géant. Le mûl fit volte-face, le sens du combat étant toujours là malgré plusieurs jours entravés. Et un méchant rictus aux lèvres, il se précipita vers le couloir pour affronter le psioniste. Pendant ce temps, Tobi avait repéré une dague d’os à la ceinture de l’humain sans vie, qu’il récupéra avant de suivre le mûl.

Lafus était posté juste avant la plateforme. À genoux et immobile dans l’ombre, il était impossible de le voir. Mais lui avait un visu sur le couloir et sur la première chambre. Il sursauta au déclenchement du cri d’alarme, et fut désagréablement surpris par la douleur qui suivit, mais ne bougea pas ; un chasseur sait attendre le bon moment pour agir. Il vit la ruée dans la chambre des deux guerriers, entendit les bruits de lutte, les coups de gourdin, le cri du psioniste.
Okrizil se rua sur le psioniste, mais ce dernier avait repris sa concentration et lança sa terrible attaque mentale.
« Accepte ton sort esclave, lâche ton gourdin et assieds-toi ! »
Et c’est ce que fit Okrizil…
Tobi n’eut pas le temps de comprendre pourquoi le puissant mûl s’asseyait dans le couloir. Il se retrouva face au psioniste, dague en main, prêt à en découdre. Mais le psioniste fut encore une fois le plus rapide.
« Accepte ton sort nabot, lâche cette arme et assieds-toi ! » résonna dans sa tête.
Là aussi, Tobi s’exécuta.

Zeltheris était comme hypnotisée par ce qu’elle voyait, elle n’osait pas bouger, se demandant quand l’homme se retournerait vers elle.Lafus comprit le danger, il était calme et concentré, rien ne vaut un psioniste pour battre un autre psioniste. Il utilisa son pouvoir et se retrouva instantanément dans la chambre du mage, trouva tout de suite une dague en os posée sur un petit bureau au milieu de parchemins, puis se concentra et traversa le mur de séparation des deux chambres et sortit par la porte ouverte pour se retrouver dans le dos du psioniste.

Trop concentré sur les deux guerriers, il n’avait pas entendu arriver dans son dos le silencieux semi-homme, et c’est trop tard qu’il sentit une horrible douleur quand la dague en os s’enfonça dans ses reins.
Lafus avait visé l’aorte, une fois que sa lame fut rentrée dans le corps, il la tourna pour sectionner l’artère, puis la retira, mettant fin en même temps à la vie de l’esclavagiste sous les yeux approbateurs de Zeltheris.

Image

A: Soute rempli de blocs d'obsidienne brut
B: Chambre des gardes
C: Chambre du Profanateur Melcrom
D: Chambre du Psioniste et chef du chariot
E: Cuisine
Dernière édition par Betanaelle le Dim 28 Jan 2024 18:50, édité 1 fois.
"Les cons ça osent tout. C'est même à ça qu'on les reconnait."
Michel Audiard (Les tontons flingueurs)
"Dialoguer avec un con c'est comme essayer de faire jouir une poupée gonflable. "
Michel Audiard
COMPTE RENDU DE CAMPAGNE DARKSUN
Avatar de l’utilisateur
Betanaelle
Dracoliche
Messages : 942
Inscription : Lun 18 Oct 2021 22:29
Localisation : Colombes
Version de D&D préférée : AD&D2
Univers de D&D préféré : Dark Sun
Race : Thri-kreen
Classe : Psioniste
Alignement : Neutre Bon
Dieu : ?

Chapitre 6 – Fouille et préparatif pour abandonner le chariot

Message par Betanaelle »

Chapitre 6 – Fouille et préparatif pour abandonner le chariot
Une fois le psioniste tué, la soumission mentale disparu sur Okrizil et Tobi, leur libre arbitre étend revenu ils se levèrent pour aller visiter la chambre du profanateur. Dans le même temps Zeltheris sortie de l’ombre pour aller récupérer la dague du psioniste et Lafus lui était parti fouiller sa piaule.

Une fois dans la chambre du profanateur, ils découvrirent derrière la porte ouverte, Alâa qui était endormie. Elle se réveilla instantanément du sommeil magique dès qu’elle fut secouée, se leva prestement pour voir ce qu’il se passait en jetant un coup d’œil sur la chambre, elle vit le bureau sur lequel se trouvait de nombreux papiers ou parchemins ainsi que deux dagues en os, dont une de fabrication ancienne était gravée de nombreux symboles. Elle se précipita sur le bureau non s’en avoir au passage donné un coup de pied au cadavre en le traitant gentiment de « sale crevure de pulvre », jubila d’extase en prenant la dague décorée et en la posant sur les inscriptions tout en marmonnant dans une langue incompréhensible. Elle tentait d’expliquer au mul et au petite-gens ce qu’elle faisait, mais visiblement ils étaient moyennement intéressés.

Okrizil sortit de la chambre pour aller faire le tour du chariot pour voir ce qu’il se passait du côté des gardes, Tobi restant avec Alâa, il prêtait une oreille à ses dires, même s’il ne comprenait pas trop de quoi elle parlait, apparemment c’était important et ça lui faisait plaisir que l’on écoute, une coutume humaine peut-être. Lafus quant à lui, avait découvert assez rapidement sous la paillasse une bourse remplit de vingt-cinq pièces de céramique.

Dans un deuxième temps Alâa rangea les papiers dans l’étui en cuir qui se trouvait à côté et qui était fait pour les transporter. Elle s’approcha ensuite d’une sorte de cape qui était accroché au mur, qu’elle fouilla, il y avait de nombreuses poches avec des ingrédients de sortilèges. Elle eut un petit sourire de satisfaction, en enfilant la cape. Il y avait aussi une outre d’eau de 4L, un petit sac contenant des baguettes en bois gravé. Elle trouva également une bourse avec une cinquantaine de pièce d’argent.

Zeltheris avait suivi Okrizil et Tobi était allé voir à la cuisine s’il y avait des choses plus digestes que le gruau à manger, quant à Lafus, il quitta la chambre du psioniste avec la bourse avec un sourire béat et une carte assez sommaire de la région en main.
Okrizil était arrivé le premier de l’autre côté, il réveilla ses compagnons endormis et ils décidèrent d’attacher les trois gardes qui étaient encore dans la chambre et de les enfermer à leur place dans la geôle. Les gardes furent fouillés et trente pièces de céramique furent récupérées en tout.

Après ça et l’arrivée d’Alâa, Tobi et Lafus un conciliabule se fit entre les rescapés. En partant vers l’est ils étaient à trois jours à pied d’amas rocheux si on fiait à la carte, qui d’après Taron leur permettrait de se ravitailler en eau de façon certaine. Il leurs faudrait assez d’eau pour faire le trajet, et ils devraient la transporter avec eux. Tobi avait vu un grand tonneau rempli d’eau dans la cuisine et de nombreux récipients, Okrizil proposa de prendre les hamacs pour pouvoir transporter l’eau et de la nourriture pour plusieurs jours de marche. Okrizil et Borin se mirent au travail, utilisant l’obsidienne comme couteaux, coupant et attachant les hamacs. Une pièce de cuir trouver fut même tailler en frondes pour les deux petite-gens, ils ne leur restaient plus qu’à trouver des pierres. Chacun s’équipant d’arme qui lui convenait, dague en obsidienne pour les deux voleurs, gourdin pour le nain, Tobi prit une deuxième dague, celle-ci en obsidienne, seul Taron et Graziella n’en prirent aucune.

La dernière chose à décider était de savoir ce qu’il convenait de faire des gardes, certain étaient d’avis de les laisser attacher dans le chariot, mais Alâa décida plutôt à les relâcher, mais sans les avoir défaits de leurs liens aux poignets ; ils partiraient vers la route toute proche, et forcément entraineraient avec eux les Belgoïs à leur suite, alors qu’eux-mêmes partiraient dans la direction opposée, la moins prévisible de toute car la plus dangereuse, dans les terres désolées.
Après une très courte nuit de sommeil, se fut le grand départ vers la liberté et peut-être la mort aussi, mais comme le dit un proverbe elfe « Mieux vaut mourir avec une lance dans les mains que de vivre avec des entraves autour de vos poignets ».
Dernière édition par Betanaelle le Lun 29 Jan 2024 21:33, édité 1 fois.
"Les cons ça osent tout. C'est même à ça qu'on les reconnait."
Michel Audiard (Les tontons flingueurs)
"Dialoguer avec un con c'est comme essayer de faire jouir une poupée gonflable. "
Michel Audiard
COMPTE RENDU DE CAMPAGNE DARKSUN
Avatar de l’utilisateur
Betanaelle
Dracoliche
Messages : 942
Inscription : Lun 18 Oct 2021 22:29
Localisation : Colombes
Version de D&D préférée : AD&D2
Univers de D&D préféré : Dark Sun
Race : Thri-kreen
Classe : Psioniste
Alignement : Neutre Bon
Dieu : ?

Chapitre 7 – En promenade, chasse au dahu ! Non lièvre Athasien et Baazrag.

Message par Betanaelle »

Chapitre 7 – En promenade, chasse au dahu ! Non lièvre Athasien et Baazrag.
Alors qu’ils venaient de quitter le chariot de quelques dizaines de mètres, Alâa opéra un demi-tour.
« Je vous rejoins, je n’en ai pas pour longtemps. »

Elle avait vu quelque chose d’anormal en partant et voulait absolument en être certaine. Elle regarda en dessous du chariot et vit deux marques noires différentes de cinq mètres de diamètre sur le sol là où deux sortilèges de profanation avaient été lancés. Or, d’après les dires de Tobi et Okrizil, le profanateur n’en avait lancé qu’un seul, le sort de sommeil, et vu sa position dans la chambre, le second cercle de profanation ne pouvait avoir été lancé que du couloir dans le coin à côté de la chambre du psioniste. Elle rentra dans le chariot pour aller voir le corps allongé dans le couloir, que personne n’avait voulu déplacer, elle grimpa dans la tourelle, regarda dehors.
La seule explication était qu’il y avait un autre profanateur avec eux, certainement la demi-elfe.

Elle passa sa main sur son ventre, elle avait des douleurs et se sentait fatiguée par le manque de nourriture carnée. Elle regarda le corps du psioniste puis celui du profanateur. Non elle ne s’abaisserait pas à ce niveau.
Elle quitta le chariot et courut rejoindre le groupe qui avait déjà pris de l’avance. Leur projet était de marcher quand la terrible chaleur du sombre soleil serait la moins forte, et d’essayer de se reposer dans la journée, le plus à l’ombre possible.

La procession avançait à la vitesse des petites-gens et du nain, ce qui permettait aux plus grands de transporter leurs maigres richesses, de la nourriture et surtout de l’eau, quelques couvertures trouées et des morceaux d’obsidienne dans le système qui avait été fabriqué avec les hamacs.

Alâa demanda aux petites-gens s’ils savaient chasser, Lafus fit une moue dédaigneuse, mais Tobi sourit, découvrant ainsi ses dents pointues.
« Je suis un grand chasseur, là d’où je viens je chasse le dahu, un animal qui vit dans la montagne. » Les explications étaient confuses, Alâa essayait pourtant de comprendre, mais il y avait des choses sans queue ni tête dans le discours du demi-humain.
« Ne t’inquiète pas. », lui dit-il. « Je te ramènerai quelque chose à manger, moi aussi j’ai envie de viande. » Il avait ramassé quelques pierres assez rondes durant le voyage, pour sa fronde. D’ailleurs Lafus en avait fait de même.
Pendant leur halte derrière quelques rochers, le plus à l’abri possible du soleil, les couvertures furent mises au-dessus de leur tête, maintenues par des pierres. Alâa avait creusé le sable avec ses mains sous un rocher, pour s’y cacher du soleil, et y prendre un peu de fraîcheur. Si elle n’était pas une chasseuse, elle était une spécialiste dans les techniques de récupération de l’eau, tout comme Taron d’ailleurs. Ces mêmes rations d’eau qui étaient partagées équitablement dans le groupe. Graziella semblait épuisée par la marche, visiblement elle n’avait jamais fait beaucoup d’efforts physiques. Qui plus est, elle était déjà toute rouge car sa peau n’avait pas le hâle des personnes qui vivent à l’extérieur.
Puis il fallut reprendre la marche, dans les steppes rocailleuses, mélange de sable et de rocailles, dans lesquelles poussent quelques rare plantes, des cactus, où l’on trouve aussi les quelques animaux capables de survivre dans cet environnement hostile.

Les lièvres athasiens sont communs dans cet environnement, mesurant 30 à 60 cm pour un poids variant de 3 à 6 kg, ils n’ont pratiquement pas besoin d’eau, utilisant celle des plantes qu’ils mangent. Leurs pattes arrière surdéveloppées leur permettent de faire des bonds impressionnants de plusieurs mètres de haut et de long ; car c’est plus de cette façon qu’ils se déplacent qu’en courant sur leurs quatre pattes, étant capables de changer de direction à tout moment pour semer leurs poursuivants. Et dans les rares cas où un prédateur est proche, ils se retournent contre lui pour lui infliger une morsure, qui, si elle n’est pas capable de faire de gros dégâts, est empoisonnée. Ce poison est certainement synthétisé via les différentes plantes coriaces qu’ils trouvent. S’il n’est pas mortel, il peut endormir un homme pour vingt minutes.
Tobi était attentif aux traces sur le sol, le semi-homme s’était assez vite habitué à cet environnement et avait déjà boulotté quelques scarabées qui avaient eu l’outrecuidance de passer à portée de main. Il ne s’éloignait jamais beaucoup du groupe, mais furetait d’un côté ou de l’autre. Attentif, il finit par voir un lièvre en train de grignoter quelques herbes rabougries, arma sa fronde, la fit tourner avec adresse sans faire le moindre bruit. La pierre fila en direction du lièvre et le heurta si violemment qu’elle le tua net, sans l’empêcher avant de mourir de faire une très belle cabriole qui ravit Tobi.
« Voilà de la viande fraîche !», s’écria-t-il en revenant vers le groupe en portant l’animal sur son dos.

Au bivouac du soir, pendant que ceux qui avait porté les affaires se reposaient, les autres préparaient le repas, et quand la question se posa d’allumer du feu pour cuire le lièvre et le gruau, c’est Borin qui mit tout le monde d’accord en faisant un feu des broussailles qui avaient été trouvées autour du campement. Personne d’autre que lui n’avait cette compétence. Tobi avait dépiauté sa proie avec une précision digne d’un expert dans la chasse. Taron ramena un peu d’eau qu’il avait trouvée on ne sait où, et Alâa bavait presque en se tenant le ventre devant la grillade, en disant que ça ne la gênait pas de manger cru, vraiment. Okrizil ne semblait absolument pas fatigué, on aurait dit qu’il s’ennuyait presque devant si peu de choses à faire. Zeltheris, quant à elle, cherchait des plantes dès qu’elle en avait l’occasion.
Tout le monde put manger un petit bout de viande, mais Alâa eut droit à la plus grande part, ne pouvant manger autre chose et étant au régime depuis trois jours.

Le feu n’ayant servi qu’à la cuisine, par manque de combustibles, tout le monde se serra pour dormir. Alâa semblait au ralenti en ce début de soirée. Dès que le soleil avait disparu de l’horizon, le froid se fit ressentir, et elle y semblait particulièrement sensible. Elle se coucha contre Okrizil, qui de part sa stature offrait certainement la plus grande surface calorique du groupe. Trop fatigué pour faire le moindre tour de garde, tout le monde s’endormit jusqu’au matin pour le début de la seconde journée de marche.

La seconde journée fut une copie conforme de la première, à l’exception du fait que Tobi rata un beau lièvre, qui s’enfuit sans demander son reste quand la pierre de la fronde frappa à côté de lui.

Quand l’aube du troisième jour se leva, ils purent tous voir au loin les amas rocheux vers lesquels ils se dirigeaient, là où Taron leur avait dit qu’il y avait de l’eau. Et leurs provisions du précieux liquide avaient d’ailleurs considérablement été réduites en deux jours ; il ne restait qu’une ration par personne pour la journée. Le reste de la journée se passa comme les jours précédents, mais Tobi eut plus de chance à la chasse ; il débusqua un baazrag, une créature moins rapide que lièvre, mais pas moins dangereuse, en particulier quand elles se déplacent en groupe. D’une taille de 60 cm et armé de dents tranchantes, d’une carapace sur le dos avec des pointes, ce type de créature omnivore, serait prêt à s’attaquer à un humanoïde blessé et un groupe d’une trentaine d’individus n’hésiterait pas à s’attaquer à une dizaine d’esclaves en fuite.
Heureusement, le tir de Tobi fut parfait, il tua net l’animal qui allait fournir une bonne ration de viande pour le soir. La carapace pouvant se travailler, Okrizil demanda à la récupérer.

Une fois arrivé devant les amas rocheux, Taron leur indiqua du doigt un endroit et après quelques dizaines de mètres ils trouvèrent l’entrée d’une grotte.
« Voilà c’est là, à l’intérieur il y a de l’eau, je la sens d’ici. », leur dit-il.
Tous grimpèrent jusqu’à la grotte qui est était en hauteur. Elle était large de quatre mètres et haute de deux. Ils purent constater qu’à l’intérieur il y avait de nombreux pictogrammes de couleur sur les parois à l’entrée, qui représentaient tous le même symbole. Le couloir s’avançait sur plusieurs mètres et disparaissait dans la pénombre.
Alâa, demanda que personne n’avance. Elle cherchait à décrypter ce qu’étaient ces symboles et semblait se concentrer, plaçant sa main gauche sur son front ou triturant une de ses nattes, la droite sur la roche, là où se trouvaient les dessins. Elle avançait prudemment, passant alternativement d’un coté à l’autre du tunnel. Cette manœuvre dura environ vingt minutes. Puis elle ressortit et dit que c’était un symbole de la terre, utilisé par les adorateurs de la terre, comme les prêtres élémentaires et qu’au fond du tunnel il y avait un puits.
Après avoir allumé un feu, fait cuire la créature et se l’être partagée, la question se posa de savoir ce qu’ils allaient faire : les rations d’eau avaient toutes été bues et ils ne pourraient pas partir sans refaire le plein. Si comme le disait Taron l’eau se trouvait à l’intérieur, il faudrait y aller dans tous les cas. Et s’il y avait des écritures sur les murs, c’est que potentiellement il pouvait y avoir des créatures à l’intérieur. Okrizil ne voulait pas passer la nuit devant la grotte et risquer de se faire attaquer pendant leur sommeil, il préférait visiter la grotte le soir même. Pour ça, il allait fabriquer une lampe à huile, en prenant la carapace du baazrag, en y mettant sa graisse et une mèche de tissu, tous pourraient y voir, car sinon seul lui et Borin en auraient la capacité, ce qui les handicaperait.

Tous acquiescèrent, en route pour l’exploration.
Dernière édition par Betanaelle le Lun 29 Jan 2024 21:46, édité 1 fois.
"Les cons ça osent tout. C'est même à ça qu'on les reconnait."
Michel Audiard (Les tontons flingueurs)
"Dialoguer avec un con c'est comme essayer de faire jouir une poupée gonflable. "
Michel Audiard
COMPTE RENDU DE CAMPAGNE DARKSUN
Avatar de l’utilisateur
Betanaelle
Dracoliche
Messages : 942
Inscription : Lun 18 Oct 2021 22:29
Localisation : Colombes
Version de D&D préférée : AD&D2
Univers de D&D préféré : Dark Sun
Race : Thri-kreen
Classe : Psioniste
Alignement : Neutre Bon
Dieu : ?

Chapitre 8 - La grotte aux Hej-kin première partie

Message par Betanaelle »

Chapitre 8 - La grotte aux Hej-kin première partie
Zeltheris avait passé les trois jours de voyage à ramasser des plantes, elle chercha une pierre assez ronde et un endroit assez creux pour pouvoir les broyer, mélangeant délicatement le jus qui en sortait. Il n’y en avait pas beaucoup mais cela serait suffisant, elle enduisit sa lame d’obsidienne avec cette décoction, elle était prête et alla rejoindre le reste de l’équipe.

Ils s’étaient tous approchés du puits au fond de l’entrée. Il mesurait environ deux mètres de diamètre et s’enfonçait à la verticale dans les ténèbres. La graisse qui avait été récupérée du baazrag avait été mise dans sa propre carapace, fondue à la chaleur du feu, une mèche de tissu y avait été mise et allumée. Okrizil tenait cette lampe improvisée au-dessus du puits, il avait récupéré les hamacs qu’il tenait de son autre main, sur lequel s’accrochait Lafus, le plus léger de tous, et il le fit descendre dans le trou, en tenant la lampe au-dessus.

« Alors que vois-tu ? », lui demanda le mûl.
« C’est très profond, ça doit faire au moins cinq mètres. Au fond je vois des échelles en bois, si tu me descends jusqu’en bas, je devrais pouvoir les mettre en place pour que vous puissiez tous descendre. »
Okrizil descendit plus bas Lafus, qui put ainsi remettre en place les échelles.
« S’il y a des échelles, c’est qu’il y a sûrement quelque chose qui les y a mises, il va falloir faire attention. », dit Tobi.
Personne ne voulant rester seul là-haut, tout le monde se retrouva dans la caverne, car au pied du puits se trouvait un couloir de deux mètres de large et d’un mètre de haut qui s’avançait sur quatre mètres vers une salle dont la partie la plus éloigné était luminescente.

Okrizil s’avança dans le couloir en rampant, suivi de Tobi, et Borin, puis venait Lafus et Zeltheris, et Alâa, Archy, Zephyr et pour finir ceux qui n’avait pas d’arme ni de compétence au combat, Taron et Graziella.
Okrizil tenait toujours sa lampe improvisée dans une main et un de ses gourdins dans l’autre, il pouvait apercevoir une lueur au fond de la grotte, une lumière diffuse provenant d’une source indéterminée. Des murmures se firent entendre quand ils approchèrent, comme si l’on parlait à voix basse dans la caverne. Sortant d’un trou du côté droit au fond de la grotte, deux créatures apparurent, de la taille d’un nain et aussi larges, elles n’avaient cependant que trois doigts aux mains et deux aux pieds, qui étaient terminés par d’impressionnantes griffes. Leurs visages étaient humanoïdes, avec des oreilles pointues entourées de poils, des yeux tellement bridés que ça n’en était qu’une fente, quelques poils sur le menton et la tête, avec une peau ressemblant à de la pierre de couleur jaune orangé. Les créatures se précipitaient vers le groupe aussi vite que leurs courtes jambes le leur permettaient, les griffes en avant, prêtes à en découdre.
Okrizil rentra dans la grotte pour se mettre debout et asséna le premier coup de gourdin. Tobi et Borin s’occupaient du second, deux coups de dague pour le rôdeur et un coup de gourdin pour Borin. Les créatures tombèrent toutes les deux au premier assaut.

Ils pénétrèrent tous dans la caverne qui faisait une douzaine de mètres de long, sur dix mètres de large. Au début de la grotte, du côté droit, il y avait un dénivelé qui descendait sur cinquante centimètres et emmenait à un tunnel. Au fond de la grotte il y avait deux tunnels, un de chaque côté. Et entre les deux un tas d’ossements sur lequel poussait d’étonnants champignons luminescents blancs et roses.

Okrizil demanda à Tobi d’aller voir ce qu’il y avait dans le tunnel d’où était sorti les deux créatures, le diamètre des tunnels étant d’un mètre seulement, il rencontrerait quelques difficultés à passer s’il devait y aller lui-même du fait de sa carrure.
Ce dernier s’empressa d’y aller, emmenant avec lui la lampe à huile. Le couloir était de trois mètres de long et aboutissait à une salle assez grande de quatre mètres de large sur huit de long dans laquelle se trouvait une autre des créatures qui visiblement attendait l’arrivé de tout intrus. Tobi l’entendit murmurer et il reçut immédiatement après un missile lumineux qui le blessa. Alors il se jeta sur lui et le poignarda de rage avec ses deux dagues, ce qui le fit trépasser aussi sec, mais la violence du choc brisa une de ses dagues. Tobi récupéra un petit sac de cuir que la créature avait autour du cou.

De son côté, Lafus avait aussi récupéré un petit sac de cuir sur chacune des créatures qui avait été tuées à l’entrée de la grotte. Chacun des trois sacs contenait dix pièces de céramique et une étrange pierre peinte.
Lafus fut envoyé visiter le tunnel d’en face, mais il revint assez vite en disant qu’il se rétrécissait et que le passage était trop étroit pour lui, donc qu’il l’était aussi pour les créatures qui étaient de plus forte corpulence.

Tout le monde s’était approché de la source lumineuse et constatait que les ossements étaient principalement ceux d’animaux que l’on pouvait trouver dans cette région. C’est à ce moment-là que Taron s’est écrié :
« C’est en dessous que se trouve l’eau, je l’entends couler ! »
Il ne restait plus qu’à aller voir où menait le premier passage dans la grotte.

Le passage était en pente, il tournait vers la gauche au bout des deux premiers mètres. Et vu la largeur d’un mètre de diamètre du tunnel, il fut demandé aux plus petits du groupe de partir l’explorer. Lafus passa le premier suivi de Tobi et de Borin. Après le tournant, le couloir continuait à descendre en ligne droite sur plusieurs mètres.
Ils déboulèrent tous ensemble dans une petite pièce et surprirent deux autres créatures. Pendant que l’une d’elle se tournait vers eux, l’autre s’enfuyait par un tunnel à l’opposé. Pendant ce temps, Okrizil rampait dans le couloir, pour essayer de rejoindre les deux petites-gens et le nain pour leur apporter son assistance. Mais quand il arriva finalement dans la pièce, il découvrit le cadavre d’une autre créature qui avait été tuée par Lafus, Tobi et Borin. Il apprit aussi qu’une autre avait réussi à s’enfuir. Le tunnel par lequel elle était passée mesurait un mètre de large sur un mètre cinquante de haut. D’une longueur de deux mètres, il se terminait par un trou dans le sol. Il y avait de grandes chances qu’elle soit partie dans la partie basse des cavernes, soit pour s’y cacher, soit pour y chercher de l’aide. Lafus en profita pour récupérer la bourse de cuir sur le cadavre qui contenait vingt pièces de céramique et une autre pierre peinte
Okrizil préférait directement s’engager au combat plutôt que de rester sur ses gardes et risquer une attaque dans un moment où le groupe ne serait pas prêt. Lafus se proposa d’aller jeter un œil rapidement en utilisant ses capacités psioniques. Il descendit par le passage, jeta un coup d’œil et remonta presque aussitôt.

Cette tactique fonctionna très bien, elle donna aux aventuriers l’information dont ils avaient besoin, à savoir qu’il y avait une salle assez grande en dessous, qui était éclairée elle aussi par une fluorescence émanant des murs, vraisemblablement des sortes de champignons comme à l’étage supérieur. Au niveau du trou par lequel on descendait dans la salle, la hauteur était très faible, à peine cinquante centimètres, puis s’agrandissait pour mesurer environ deux mètres. La salle possédait, trois issues, une à gauche, une à droite et une en face.
Okrizil demanda tous y descendent, en commençant par les plus aptes au combat pour sécuriser la salle…

Un Hej-kin
Image
Dernière édition par Betanaelle le Lun 29 Jan 2024 21:56, édité 1 fois.
"Les cons ça osent tout. C'est même à ça qu'on les reconnait."
Michel Audiard (Les tontons flingueurs)
"Dialoguer avec un con c'est comme essayer de faire jouir une poupée gonflable. "
Michel Audiard
COMPTE RENDU DE CAMPAGNE DARKSUN
Avatar de l’utilisateur
Betanaelle
Dracoliche
Messages : 942
Inscription : Lun 18 Oct 2021 22:29
Localisation : Colombes
Version de D&D préférée : AD&D2
Univers de D&D préféré : Dark Sun
Race : Thri-kreen
Classe : Psioniste
Alignement : Neutre Bon
Dieu : ?

Chapitre 9 – La grotte aux Hej-kin, deuxième partie

Message par Betanaelle »

Chapitre 9 – La grotte aux Hej-kin, deuxième partie
Tobi, Lafus et Borin étaient descendus les premiers, suivis d’Okrizil, Zeltheris, Alâa, Archy, Zephyr ; Taron et Graziella fermant la marche.
La grotte était éclairée par une luminosité qui venait des murs, comme les pièces précédentes. C’est dès l’arrivée des trois premiers que sortirent des deux couloirs de droite et de gauche des créatures des deux sexes, trois mâles et deux femelles, qui se dirigeaient les griffes en avant vers le groupe. Okrizil hurla de se dépêcher, qu’ils allaient devoir se battre à nouveau. Tous avaient sorti leurs armes, et le combat commença alors que les derniers membres du groupe arrivèrent dans la grotte.

Okrizil, Borin et Tobi tenaient une position assez avancée, le mûl avait en mains deux gourdins, qu’il faisait tournoyer dans ses poignets, prêt à frapper. En seconde ligne les roublards avec leurs dagues, en attente de la moindre opportunité.
Okrizil et Tobi ouvrirent les festivités. Les doubles gourdins frappèrent et réduisirent au silence une créature. Borin frappait lui aussi de son propre gourdin. À l’arrière, Lafus préférait se servir de sa fronde.

Mais si les armes pleuvaient sur les monstres, les griffes aussi arrivaient à toucher la chair tendre par moment.
Soudain, Zeltheris commença à parler dans une langue étrange tout en faisant des gestes de la main, ça ne dura pas très longtemps, quelques secondes tout au plus, quand une petite lumière partit d’une de ses mains pour toucher une des créatures qui couina. Et au même moment, tous les êtres vivants à moins de cinq mètres de la demi-elfe ressentirent une douleur quand la magie profanatrice fut utilisée, et les parois et le sol de la grotte noircirent, faisant disparaître instantanément la luminescence. Seule la partie la plus éloignée était encore indemne. Heureusement, du côté des anciens esclaves, il restait encore un peu de lumière qui était fournie par la lampe à huile.

Mais l’attention des créatures s’étaient maintenant portée vers la profanatrice, elles s’étaient toutes mises à babiller d’une façon plus agressive, et l’on vit sortir des tunnels trois jeunes, bien que plus petits que les adultes, qui n’en avaient pas moins des griffes aussi redoutables. Ils se précipitaient vers la demi-elfe, faisant fi des autres aventuriers.
Ce faisant les créatures purent être prises en tenaille, les dagues et les gourdins semblaient voler, le sang giclait, se mélangeant au sol avec la poussière noire créée par l’infecte magie. En quelques minutes elles furent toutes anéanties sans qu’elles puissent faire grand mal.

Dès la fin du combat, Lafus s’empressa de fouiller les monstres, de récupérer le petit sac que les adultes avaient autour de leur cou, puis alla faire un tour dans les tunnels, qui menaient vers des sortes de chambres ; quatre-vingts pièces de céramique et quatre autres pierres peintes furent trouvées.

Pendant ce temps, Taron s’était écrié « L’eau est toute proche maintenant, c’est par là, dans le tunnel en face de nous. » Okrizil, Tobi et Borin avaient pris quelques coups de griffes, mais les blessures n’étaient pas trop importantes, et émoustillé par Taron, tout le monde voulut voir ce qu’il y avait dans le tunnel d’en face.
Le couloir mesurait quatre mètres de long. Il emmenait dans une très grande salle, vingt mètres de large, dix mètres de long pour une hauteur de quatre mètres. La grotte était non seulement illuminée de la même façon que les autres salles, mais aussi traversée dans toute sa largeur par un petit ruisseau dont l’eau s’écoulait lentement. Il y avait de nombreuses stalactites et stalagmites et un filin était attaché à deux stalagmites de chaque côté du ruisseau, de façon à pouvoir servir de guide pour les créatures quand elles voulaient traverser. De l’autre côté du ruisseau il y avait deux passages, un à droite et un à gauche. Devant celui de droite on pouvait apercevoir plusieurs squelettes humanoïdes allongés au sol.

Alors que la petite troupe commençait à s’approcher du ruisseau, les squelettes s’animèrent tous en même temps. Il y en avait sept et ils se dirigeaient en cliquetant sur le sol de la grotte vers le groupe d’aventuriers. Le groupe recula pour éviter de se faire déborder et le combat s’engagea rapidement, les gourdins d’Okrizil faisaient des merveilles quand ils touchaient les créatures animées, mais ces dernières arrivaient à esquiver certaines des attaques. Lafus avait sorti sa fronde pour les caillasser. Borin et Tobi faisaient leur possible eux aussi pour repousser les doigts osseux qui cherchaient à les attraper, mais vu le nombre des assaillants, ils reçurent chacun des blessures.

Finalement, les morts-vivants furent tous détruits, les deux derniers explosant sous les coups d’Okrizil. Mais le répit fut de courte durée. Du tunnel de droite sortit un des occupants habituels de la grotte. Ce dernier avec une rune visible sur sa poitrine, le même type de runes que l’on avait vues à l’entrée de la grotte, et suivant les explications d’Alâa, qui symbolisaient l’élément Terre.

L’humanoïde se mit à parler, dans sa langue étrange, comme un murmure, sa main droite dirigée vers le sol de la grotte, la gauche vers le groupe. Dès il eut fini son incantation, Okrizil s’immobilisa. Il était toujours en garde, mais ne bougeait plus. Le groupe venait de perdre son meilleur combattant et la créature se mit en marche. Elle traversa la rivière d’un pas lent mais décidé et s’approcha pour frapper.
Borin s’interposa entre l’humanoïde et Okrizil, il frappa mais le coup sembla glisser sur la peau du prêtre de la terre. Et les deux méchantes griffes de son opposant pénétrèrent profondément dans le corps du nain, lui occasionnant des blessures très graves. Borin s’écroula au sol, inconscient. Les autres essayèrent de frapper. Tobi lui aussi s’aperçut que ses coups étaient peu efficaces, et qu’au lieu d’une blessure profonde, la dague d’obsidienne ne faisait qu’une estafilade. Les pierres lancées par la fronde de Lafus, quand elles arrivaient à toucher, ne semblaient pas lui faire de dommage. Même les autres jeunes gens essayaient de le frapper ; Archy, Zephyr, Alâa. Moins expérimentés au combat, leurs coups n’étaient pas aussi efficaces et les rares fois où ils touchaient il n’y avait qu’une petite blessure.
Alors que le groupe peinait, les griffes acérées s’en prenaient à la chair d’Okrizil qui était une proie facile car totalement immobile. Elles fouillaient son ventre minute après minute, la vie allait bientôt partir de son corps si on n’arrivait pas à tuer le prêtre rapidement, ce qui semblait impossible tant sa résistance était grande.

Taron avait réussi à extraire Borin de la mêlée et lui prodiguait les premiers soins avec l’aide de Graziella. Zeltheris s’était faite oublier. La profanatrice demi-elfe avait fait le tour du groupe en plein combat pour se retrouver dos au prêtre qui semblait l’ignorer complètement. La dague d’obsidienne fermement tenue en main, elle cherchait une bonne opportunité de placer un coup. La lame pénétra à moitié, tellement la peau de la créature était dure, mais ce fut suffisant. Le poison dont elle était enduite s’insinua dans l’organisme aussi vite que l’eau s’enfonce dans le sable du désert. Zeltheris était aussi barde, spécialiste des poisons, et celui qu’elle connaissait et qu’elle avait préparé dans le désert était l’un des plus violents.

Les soubresauts de la créature agonisante n’empêchèrent pas Lafus de la fouiller et de la dépouiller. Tout joyeux, il trouva un petit sac qui contenait trois gemmes, dont l’une d’elle était particulièrement belle et brillante.
Pendant ce temps, Okrizil pissait du sang des nombreuses griffures qu’il avait reçues. Il n’était encore en vie que parce que c’était un mûl et que la robustesse de son héritage nain coulait dans ses veines. Borin quant à lui, était toujours inconscient.

« Approchez-les de l’eau ! », cria Taron. « L’eau va les guérir, elle guérit tout. Elle passe et nous nettoie de nos impuretés et nos souillures. »

Les blessés graves furent transportés jusqu’au petit ruisseau et déposés dedans par Zephyr, Archy, Alâa et Taron. Puis ce dernier prit de l’eau dans ses deux mains et arrosa d’abord Borin en demandant à l’eau de le guérir. Le sang qu’il avait sur lui fut emporté par l’eau et les blessures guérirent. Le nain se réveilla soudain, visiblement surpris d’être encore en vie. Taron passa sur Okrizil. Il arrosa son ventre d’eau tout en demandant à l’eau de le soigner. Et les blessures cicatrisèrent, du moins en partie, car elles étaient nombreuses et profondes.

« Mais Taron, tu es un prêtre de l’eau ! », s’exclama Alâa.

Ce dernier se gratta la tête. Les cheveux commençaient à repousser sur son crâne rasé d’ancien esclave.
« Eh bien je ne me suis jamais réellement posé la question. Je veux dire, l’eau à toujours était là pour m’aider et me soulager, je la vénère bien sûr, elle me parle souvent, mais je pensais que c’étaient des capacités psioniques enfouies. Ou un début de folie. Après tout, même si je ne me suis jamais plaint, la vie d’un esclave n‘est pas toujours facile. »
Entre temps, les deux petites-gens étaient allées visiter les autres passages. Celui de droite était long de plusieurs mètres et menait vers une petite salle, vraisemblablement la chambre du prêtre, quelques peaux de bêtes s’y trouvaient.

L’autre s’ouvrait presque tout de suite vers une pièce assez grande, de six mètres sur cinq, dont les trois-quarts étaient un trou dans le sol. Du plafond s’écoulait de l’eau qui tombait dans le trou. Au bord du trou, des dépôts noirâtres et malodorants étaient certainement des fèces. C’est à cet endroit que les créatures venaient se soulager.

Finalement, tous se regroupèrent autour du ruisseau, chacun s’abreuvant sans retenue. Lafus expliqua ce qu’il avait vu.
L’ensemble de la grotte était maintenant sous contrôle. Okrizil n’était pas encore au maximum de ses capacités, mais ça ne semblait pas le gêner. Borin avait totalement récupéré. C’était la nuit, et même s’ils étaient sous terre, tout le monde ressentait maintenant le besoin de se reposer. Il fut décidé de retourner dans la grande pièce précédente pour dormir, la température à l’intérieur de la grotte étant supérieure à celle d’une nuit dans le désert athasien. Le lendemain, Lafus comptait aller visiter le puits qu’il avait découvert. Au diable les crottes !

Image
Dans ma campagne les symboles des prêtres élémentaires ressemblent à ça.
Le dessin a été fait par Zedafty, merci à lui.
L'idée des symboles vient de moi, trois traits continues forment chacun des symboles.
J'adore la couleur du fond.
Dernière édition par Betanaelle le Lun 29 Jan 2024 23:16, édité 2 fois.
"Les cons ça osent tout. C'est même à ça qu'on les reconnait."
Michel Audiard (Les tontons flingueurs)
"Dialoguer avec un con c'est comme essayer de faire jouir une poupée gonflable. "
Michel Audiard
COMPTE RENDU DE CAMPAGNE DARKSUN
Répondre

Revenir vers « Compte-rendu de campagnes »