[Terres de Leyt]Pourquoi parlons nous tous une langue commune ?

L'univers de LLyr.

Modérateur : LLyr

Avatar de l’utilisateur
LLyr
Staff - Chevalier aux Cygnes
Messages : 6760
Inscription : Ven 11 Sep 2015 10:49
Localisation : Paris
Version de D&D préférée : D&D3.5
Univers de D&D préféré : Royaumes Oubliés
Race : Nain
Classe : Barde
Alignement : Loyal Neutre
Dieu : ?
Mini Feuille de perso :
► Afficher le texte

[Terres de Leyt]Pourquoi parlons nous tous une langue commune ?

Messagepar LLyr » Ven 12 Juil 2019 14:23

Par Antonioni Schtarque, Archimage de la Science, dépositaire de la Chaire de magie de la Science d'Heaven, Docteur Es Magie Es Anthropologie.
Rapporté par Gabriel de SombreVal, Explorateur

Discours du 26 mois des Pluies en l'An de Grace 1502 après la création d'Eterny, 1521 Après la Grande Danse, donné dans l’amphithéâtre de la Science aux élèves de 4eme Année d'Anthropologie, Option Découvreur / Navigateur / Explorateur.


Mes chers élèves, confrères et membres de l'assemblée,

Ne vous êtes vous jamais demandés pourquoi chaque peuple et chaque race de chaque pays, aux accents, et locutions particulières parlait une langue commune entre tous ?

Il y a une raison a tout ceci et cela sera donc le thème de notre cours de ce jour qui portera sur la langue. Non pas celle de ta voisine Esturgeon, mais celle que nous parlons tous, commune, entre toutes les races, et même hors Eterny !

Bon, effectivement, nous mettrons de coté, les elfes de Melel... comme d'habitude, puisque même s'ils parlent une langue commune avec les autres peuples, de 1 ils refuseraient de la parler et de 2 même s'ils faisaient un effort proverbiale sur le sujet, cela serait surement les derniers mots que vous entendriez...

Bref, nous allons donc parler de la notion des langues véhiculaires et vernaculaire

Tout d'abord commençons par quelques définitions

Une langue véhiculaire est une langue ou un dialecte servant systématiquement de moyen de communication entre des populations de langues ou dialectes maternels différents, tout particulièrement lorsqu'il s'agit d'une langue tierce, différente des deux langues natives. Elle se distingue de la langue vernaculaire, communément utilisée au sein d'une population, d'un peuple, d'une race, sachant qu'une langue peut être à la fois véhiculaire et vernaculaire (par exemple les humains ne parle que ce que nous surnommons le "Commun").

Par métonymie, on emploie parfois les termes de lingua Eternia pour parler des langues véhiculaires en général, mêmes si ces dernières sont en fait des langues véhiculaires singulières. Pourquoi encore cette notion d'Eterny ? A croire que nous sommes le centre du monde hein...

Nenni ! Tout simplement parce qu'après la Grande Danse c'est en Eterny, ou ce qui allait devenir Eterny, que plusieurs peuples, races, langues se sont réunis pour refaire le monde à leur manière en... Commun. Et oui, voici pourquoi le "Commun" s'appelle ainsi ; nos ancêtres n'avaient donc pas beaucoup d'imagination il faut bien le dire.

D'ailleurs le mot « vernaculaire » vient de l'elfe vernaculum qui désignait tout ce qui était dressé (esclaves compris... bah les elfes du Melel et leurs pratiques douteuses...), élevé, tissé, cultivé, confectionné à la maison, par opposition à ce que l’on se procurait par l’échange. Son sens s’est rapproché de celui des mots « autochtone » ou « indigène ». C'est le Prince Varron du Melel qui utilise le premier cet adjectif dans le contexte linguistique.

Comme souvent en linguistique, les concepts ne sont pas figés mais dynamiques et dépendent largement de la perspective et de la subjectivité de l'observateur.

L'Elfe puis le Nain dans une certaine mesure ont été jusqu'il y a plus de 1500 ans, et ceux bien avant même la Grande Danse, la langue vernaculaire des habitants de Melel et du Khorad. Elles se sont ensuite diffusées largement tout autour avec l'arrivée des premiers hommes en Ashkann jusqu'à devenir une langue véhiculaire, utilisé dans les domaines commerciaux puis scientifiques. Les ouvrages scientifiques nous restant de cette époque sont tous réalisés en Elfe ou en Nain langues véhiculaires de la pensée scientifique de l'époque.

Détail amusant la lingua Eternia a tout d'abord été utilisée par les marins d'après la Grande Danse pour communiquer entre eux . lingua Eternia est devenu par métonymie le terme utilisé par les lettrés Nains (et peut être par ceux du Melel pour ce qu'on en sait) pour désigner la langue véhiculaire en général.

Bien sur comme toutes les langues la lingua Eternia a évolué et est devenu notre "Commun" pratiqué chaque jour dans de nombreux pays.
Ainsi dans cette langue commune de l'époque je vous dirai ceci en conclusion
se ti saber, ti responder, se non saber, tazir, tazir. (si tu sais, réponds, si tu ne sais pas, tais toi tais toi)

Mais j'entends la cloche sonner, au prochain cours nous approfondirons la question de savoir pourquoi les Elfes du Melel sont si méchants et de la place des dieux dans nos existences avec sa Grasce la splendide Écume Soirétoile, Grand prêtresse de Malouin.

► Afficher le texte
Image
Avatar de l’utilisateur
LLyr
Staff - Chevalier aux Cygnes
Messages : 6760
Inscription : Ven 11 Sep 2015 10:49
Localisation : Paris
Version de D&D préférée : D&D3.5
Univers de D&D préféré : Royaumes Oubliés
Race : Nain
Classe : Barde
Alignement : Loyal Neutre
Dieu : ?
Mini Feuille de perso :
► Afficher le texte

Re: [Terres de Leyt]Pourquoi parlons nous tous une langue commune ?

Messagepar LLyr » Sam 18 Avr 2020 18:47

Petit Topo sur l'usage des langues dans le terres de Leyt

Bien que les différents Guide des États et Royaumes des Terres de Leyt décrivent en détails les peuples, civilisations et villes du continent, aucune mention n'est faite concernant les langues utilisées par ces différents peuples.

Sur Les Terres de Leyt, il n'y a bien une langue commune, la Lingua Eternia, qui est universellement connu par tous, mais elle reste une langue des marchands et des aventuriers en premier lieu. Les personnages, hors Eterny, et les autres peuples et monstres que les personnages rencontreraient ne la parlent peut être pas, ou du moins, en connaissent une des variantes locales ; Ainsi il existe un commun Askhannien, un commun Shumatie (même si ces deux derniers sont très proches) ou un commun Yskr. Chacune de ces langues véhiculaires à de nombreux points communs avec la Lingua Eternia.

En bref, ils se comprennent, même si certaines expressions changent.

A côté de cela, il existe un certain nombre de familles de langues qui forment les racines de presque toutes les langues parlées sur Les Terres de Leyt. Les langues au sein de chaque famille partagent de nombreuses racines communes, ainsi les interlocuteurs parlant différentes langues de la même famille peuvent se faire comprendre les uns aux autres. En outre, certaines langues de différentes familles partagent des caractéristiques communes basées sur la géographie.

Ainsi, les Shumatis et les Askhans empruntent des mots et des phrases des langues Elfes du Melel mais aussi du Nain du Khorad. Même avec toutes ces similitudes, la communication n'est pas sans quelques difficultés il y a des moments où le recours aux gestes et à la pantomime est utile, même vital.

Pour déterminer la similarité entre ces différentes langues, toutes les langues de base issues des Terres de Leyt ont été placées sur la charte des langues Leytienne. Les langues ont été disposées pour montrer leurs relations. Les langues (par famille ou par emprunts) sont reliées par des lignes. Le nombre de points sur ces lignes est une indication de la proximité des deux langues.

Bien sûr, chaque personnage est supposé parler sa langue maternelle à 100%. Pour déterminer à quel point il parle et comprend une langue apparentée, on peut tracer un chemin de sa langue maternelle à l’autre langue.

Chaque point et chaque case ainsi croisés (y compris la case entourant le nom de l’autre langue, mais pas celui qui contient la langue maternelle des personnages, sur le graphique) réduit la compréhension de 10%. Par exemple, un Ashkans aurait une compréhension de 50% de la langue Naine du Khorad (le chemin reliant les langues traverse quatre points et la boîte de Khorad, donc 50% est soustrait de 100%).

Vous devez utiliser le pourcentage final comme un guide pour le jeu de rôle. Un orateur avec 80% de fluidité (comme un Nain Eternien qui parle à un Nain du Khorad) hésite de temps en temps, en cherchant le bon mot.

Les personnages avec 50% de fluidité (un nomade des sables shumatis qui parle avec un guerrier du Gûr-Shan) doivent recourir à la pantomime et d’occasionnelles explications utilisant des concepts simples.

Un interlocuteur avec une compréhension 30% (un Eternien parlant avec un citoyen du Neshjra) peut passer à travers des concepts de base, mais doivent utiliser des gestes pour aider même avec celles-ci.

Les personnages avec 10% (un chaman du Neshjra s'appuyant sur ses quelques mots elfes pour parler à un des Almastys) sont limités à un mot ici et là combiné avec beaucoup de gestuelles et pantomime.

Dans tous les cas, les personnages joueurs doivent avoir un langage commun. Il n'y a rien de plus frustrant qu'un groupe de personnages qui ne peuvent même pas communiquer entre eux.
Image

Revenir vers « Les Terres de Leyt »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité