Les clercs et les armes contondantes

Avatar de l’utilisateur
tizun thane
Dracoliche
Messages : 1231
Inscription : Lun 2 Avr 2012 11:30
Localisation :
Version de D&D préférée : D&D
Univers de D&D préféré : ?
Race : Humain
Classe : Mage
Alignement : ?
Dieu :

Les clercs et les armes contondantes

Messagepar tizun thane » Mer 8 Fév 2017 19:41

Dernier message de la page précédente :

Merci d'avoir explicité ton point de vue, Porphyre.
Pardon d'avoir douté :oops: :D

porphyre77 a écrit :Qr Bbpost que cette figure était devenue dés la fin du XVIIIe siècle une image d'Epinal qui était tellement implantée dans l'esprit des historiographes et historiens du XIXe qu'elle semblait suffisamment "évidente" pour qu'on l'appliquât à toute figure de clerc pour peu qu'il tînt une bâton ou une arme contondante, et que ce soit le choix "naturel" pour un amateur de wargames médiévaux comme Gary Gygax.

Ce qui m'apparaît être la meilleure explication sur le pourquoi des armes contondantes. :+1:
Également par intérim Luki le nain dans la campagne le sanctuaire de l'angoisse.
Avatar de l’utilisateur
Ashnariel de Silth
Dracoliche
Messages : 308
Inscription : Sam 2 Avr 2016 10:43
Localisation : Bordeaux
Version de D&D préférée : AD&D1
Univers de D&D préféré : ?
Race : ?
Classe : ?
Alignement : ?
Dieu :

Les clercs et les armes contondantes

Messagepar Ashnariel de Silth » Mer 8 Fév 2017 23:11

IRL, l'épée nécessite un entrainement très particulier comparé à la plupart des armes moyenâgeuses occidentales. Un gueux ramassant une masse d'arme ou un fléau pourra vitre trouver comment s'en servir, une épée déjà bien moins, et face à une armure complète, sans les leçons couteuses d'un maitre d'arme, il ne fera pas une égratignure au Monsieur dans la boite de conserve ! (Rappelons qu'un coup porté "de taille", même de toutes nos forces, sur une armure de plate rembourrée de cuir fait à peu près autant de dégât qu'un pet de mouche sur la coque d'un brise-glaces).

Du coup, ça peut expliquer que les clercs n'aient pas le droit de la manier, leurs dévotions, et prières ne leur laissant pas le temps de prendre les longues leçons nécessaires : "en garde, en tierce, fendez-vous, étripez d'estoc, Frère Gouniulf ce n'est pas le moment de faire vos salamalecs dans le fond !..."

Cela dit, j'aime bien aussi la notion de "ne pas rependre le sang" alors qu'on frappe avec une masse ou un marteau de guerre : "J'ai juste voulu lui donner un léger coup pour le sonner un peu à ce brave gobelin, c'est la volonté de Divine qui a fait le reste, preuve que Le Grand Pacificateur souhaitait qu'il en soit ainsi ! Amen !" :D
Avatar de l’utilisateur
nomaster
Dracoliche
Messages : 543
Inscription : Mer 25 Avr 2012 21:59
Localisation :
Version de D&D préférée : ?
Univers de D&D préféré : ?
Race : ?
Classe : ?
Alignement : ?
Dieu :

Les clercs et les armes contondantes

Messagepar nomaster » Mer 8 Fév 2017 23:46

Ce n'est pas une règle ad hoc. Georges Duby parle d'au moins un évêque accompagnant joyeusement des chevaliers - dans des batailles contre d'autres chevaliers, pas contre "l'infidèle" - et se battant à coups de masse car ne pouvant tailler avec des armes tranchantes. C'est de la symbolique, limite de la magie.

Les tabous et interdits ne peuvent être justifiés rationnellement ! Passer en dessous une échelle porte malheur, hein... une des raisons c'est que la sainte trinité est rompue... c'est aussi vrai que la masse ne fait pas saigner un crâne éclaté.
Avatar de l’utilisateur
porphyre77
Dracoliche
Messages : 7738
Inscription : Lun 2 Avr 2012 14:11
Localisation : Compiègne, ville impériale (60)
Version de D&D préférée : D&D
Univers de D&D préféré : Mystara
Race : Humain
Classe : Illusionniste
Alignement : ?
Dieu :

Les clercs et les armes contondantes

Messagepar porphyre77 » Jeu 9 Fév 2017 00:12

Dans l'exemple de Philippe de Dreux , le fait est qu'effectivement, il ne versait pas le sang ; il se contentait d'estourbir l'adversaire d'un coup de massue sur le heaume pour le faire ensuite prisonnier et mettre à rançon , comme c'était la manière de faire "entre chevaliers".

Il ne faut pas oublier qu'aux temps de la chevalerie, les guerres faisaient beaucoup moins de morts parmi les nobles que parmi la pietaille ...
S A T O R
A R E P O
T E N E T
O P E R A
R O T A S
Avatar de l’utilisateur
Hallacar
Dracoliche
Messages : 8915
Inscription : Ven 4 Déc 2015 09:34
Localisation : Yvelines
Version de D&D préférée : AD&D1 + UA
Univers de D&D préféré : Laelith
Race : Humain
Classe : Rôdeur
Alignement : Loyal Neutre
Dieu : ?
Mini Feuille de perso : Terres de Leyt - Eterny : Galdras
Mystarillia : Vasiliev Alsenko
Les sentiers de la gloire : MJ
L'appel de étoiles : Kyriel
Les Pierres du Destin : Elendhel
Terres de Leyt - Nejshra : Nubio Radjaka
Les Chroniques du Chaos: Enguerrand de Branaur

Les clercs et les armes contondantes

Messagepar Hallacar » Jeu 9 Fév 2017 09:38

oui et elle coute cher et donc rançonner des prisonniers permets de se payer ses armes et ses frais

d'ailleurs de là vient une des explications (il y en a une autre en rapport avec le cantonnement des troupes les quartiers) de l'origine de l'expression "ne pas faire de quartier" ou "ne pas faire quartier"

quand un noble ou un piéton chercher à faire un prisonnier il demande à sa victime
quartier ou pas quartier (on parle de quartier de noblesse )
ben si le pauvre bougre n'est pas noble et donc n'a pas de quartier et donc ne peut rien rapporter son compte est bon...
et on ne fait pas de quartier

Revenir vers « AD&D / Unearthed Arcana »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités