[Écologie] Singe-araignée (Redac 80% / Illus 0%)

Avatar de l’utilisateur
Gaspard De La Nuit
Dracoliche
Messages : 3717
Inscription : Lun 24 Fév 2014 10:13
Localisation : Banon
Version de D&D préférée : AD&D2
Univers de D&D préféré : ?
Race : ?
Classe : ?
Alignement : -
Dieu : Bill Murray
Mini Feuille de perso :
► Afficher le texte

[Écologie] Singe-araignée (Redac 80% / Illus 0%)

Messagepar Gaspard De La Nuit » Lun 16 Oct 2017 15:00

Je commence ici l'écologie du singe-araignée. Je mettrai à jour ce premier post au fur et à mesure de mon avancement (lent). Vous pouvez mettre à la suite des commentaires, suggestions, illustrations.

Avancement Rédaction 80% / Illustration 0%

Description :
Contrairement à ce que le nom peut suggérer, seule leur petite dimension rapproche ces minuscules primates des arachnides. Ce sont simplement des singes de la taille d'une araignée commune.
Il en existe une grande variété, aussi vaste que ce que l'espèce naturelle peut montrer. Ainsi, on peut trouver des gorilles, des chimpanzés, des macaques et des gibbons. Un collectionneur de ma connaissance (grand contributeur de ces recherches) se gargarisait d'en avoir au moins un couple de chaque variété en captivité, et je dois reconnaitre, pour l'avoir vu, que sa collection semblait vraiment exhaustive ! Ses capucins, une rareté, étaient vraiment des spécimens de toute beauté. Cependant, les gorille-araignées sont, de loin, la sous-espèce la plus répandue.

Contrairement à ce qui existe avec l'animal naturel, ils semblent tous, gorille comme macaque, faire à peu près la même taille, c'est-à-dire environ 2.2cm de haut en moyenne, avec les différences habituelles et proportionnelles entre mâle et femelle. Le plus grand spécimen que j'ai eu la chance d'observer mesurait 4.1cm environ, le plus petit 1.5cm. Les petits à la naissance mesurent moins d'un quart de centimètre.

Leur pelage varie de la même manière que leur sous-espèce naturelle, allant du brun au blond en passant par le roux. Une observation à la loupe et toute une série de dissections précises révèlent une morphologie en tout point similaire, bien que miniature. Ce sont donc, selon moi, les plus petits mammifères connus.

Ces animaux montrent une très grande adaptabilité et une impressionnante aptitude à l'apprentissage. Ils peuvent apprendre très rapidement une, voir deux langues. Ils ne tombent jamais deux fois dans le même piège, ne reviennent jamais dans un endroit où ils ont subi des mauvais traitements ou des pertes.
Lors de mes recherches, je suis une fois tombé sur un de ces siffloteurs petite-gens qui amusait la galerie avec une vingtaine de chimpanzé-araignées. C'était comme un mini spectacle de clowns et d'acrobates.

Habitat/Société :

On rencontre cet animal principalement dans les forêts tropicales et équatoriales. Cependant, il n'est pas rare de rencontrer quelques colonies dans des régions au climat plus continental. Ce sont naturellement des animaux de forêt et de jungle.
Dans les grandes villes à l'orée des forêts tropicales, ils pullulent et peuvent poser des problèmes de santé publique.
Dans les deux cas, les singe-araignées ont un mode de vie semi-nomade et, parfois, leur intelligence leur permet de développer des symbioses avec d'autres types d'animaux.

Le singe-araignée à l'état sauvage : Un groupe de singe-araignées sauvages peut compter jusqu'à cinquante individus, souvent mené par un ou plusieurs doyens. La structure du groupe est patriarcale, avec un mâle à la tête d'un foyer comportant plusieurs femelles.
Généralement, ils établissent leur tanière entre les racines d'un arbre ou à l'intérieur du tronc si celui-ci est creux. Ils évitent les hauteurs pour ne pas être pris pour proie par des oiseaux. L'arbre qu'ils choisissent permet toujours de nourrir l'ensemble du groupe avec ses racines, ses bourgeons ou ses fruits, au moins pour un temps. L'installation d'une colonie, à ma connaissance, n'a jamais mis en danger la santé de l'arbre. Lorsque celui-ci ne peut plus servir de ressource, cependant, le groupe déménage.
Dans les régions plus septentrionales, on a vu des colonies faire des réserves importantes pour l'hiver, à l'image des écureuils. D'ailleurs, j'ai déjà pu observé sur le terrain que les singe-araignées peuvent partager une réserve avec d'autres animaux, comme les écureuils. Autre exemple de leur très grande sociabilité : il m'ait arrivé de voir quelques singe-araignées pénétrer à l'intérieur d'une ruche pour prendre du miel, sans être aucunement inquiétés par les abeilles.
Parfois, des groupes plus petits, jusqu'à une vingtaine d'individus, sont pris en charge par des animaux plus gros, comme des singes de taille normale ou même des loups. Il semblerait qu'ils les débarrassent de la vermine (puces, tiques, etc...) en échange de leur protection contre d'autres prédateurs.


Le singe-araignée en milieu urbain : Dans les grandes villes situées en région tropicale, les singe-araignées arrivent en vague au début de la saison chaude et infestent les cuisines. Très difficile à déloger, ils prolifèrent et forment des groupes d'une centaine d'individus, pour peu que la cuisine soit assez grande. Cependant, ils peuvent être le vecteur de certaines maladies. Pour un agriculteur, une invasion de singe-araignées est une très mauvaise nouvelle : ils peuvent faire des ravages dans les champs, dans les vergers et dans les granges.
Et c'est là que cet animal cesse d'être mignon.
On pose des pièges, on dresse les chats et même les perroquets à la chasse aux petit-singes.
Là encore pourtant, ils font preuve d'une très grande adaptabilité. J'ai vu des groupes négocier avec des chats ou leur tendre des pièges, j'en ai vu partager le territoire avec des rats ! Les perroquets restent les plus efficaces, même s'ils sont facilement dupés par les stratégies des singe-araignées.

D'une manière générale, j'ai pu constater que ces animaux vivent le plus souvent en bonne intelligence avec leur environnement. Il me semble que les problèmes évoqués ci-dessus sont surtout provoqués par la surpopulation et l'abondance de nourriture.

Divers :

Les singe-araignées sont fortement appréciés des magiciens qui en font des familiers très utiles, notamment à des fins d'espionnage. De plus, il paraît que l'on peut les entraîner à utiliser des objets magiques.
Ils sont également sous la protection des druides et des rôdeurs.
Dans certains milieux aisés, il est bien vu de posséder quelques-uns de ces petits primates comme animal de compagnie.

Quelques rumeurs :
  • Certains shamans de tribus primitives utiliseraient des cranes de singe-araignée comme osselets pour des rituels de divination.
  • Dans certaines grandes villes en bordure de forêt équatoriale ou tropicale, on raconte avoir vu des singe-araignées communiquer avec le jargon des voleurs. On prétend même que l'un d'entre eux serait à la tête d'une guilde !
  • Dans des contrées plus reculées, le terme singe-araignée désignerait une abomination à l'apparence hybride de primate et d'araignée, de la taille d'un babouin. Certains parlent même de singe-scorpion, qui se laisseraient tombés sur leurs proies depuis de hautes branches.
  • Un rôdeur de mes connaissances a prétendu une fois avoir rencontré d'autres espèces d'animaux miniatures : des ours-araignées, des loup-araignées, des tigre-araignées et même des aigle-araignées.
  • Ce même rôdeur m'a dit avoir déjà vu une colonie de singe-araignées établie dans les branches d'un sylvanien.
  • Dans certaines contrées orientales, les singe-araignées seraient sous la protection du Dieu-Singe Hanuman. Dans ses temples, on les rencontrerait par milliers, se nourrissant des offrandes et tourmentant les prêtres comme les visiteurs.
Dernière édition par Gaspard De La Nuit le Ven 7 Sep 2018 13:52, édité 14 fois.
"Un coup de dés jamais n'abolira le hasard."
Stéphane Mallarmé

Qui suis-je ?

Les mystères du Nyrond : Hlodil
Aventures orientales : Bankeishi
Terres de Leyt : Sidi Sabah
Les sentiers de la gloire : Kial Guilby
Avatar de l’utilisateur
LLyr
Staff - Chevalier aux Cygnes
Messages : 4823
Inscription : Ven 11 Sep 2015 10:49
Localisation : Paris
Version de D&D préférée : D&D3.5
Univers de D&D préféré : Royaumes Oubliés
Race : Nain
Classe : Barde
Alignement : Loyal Neutre
Dieu : ?
Mini Feuille de perso :
► Afficher le texte

Re: Ecologie du singe-araignée

Messagepar LLyr » Lun 16 Oct 2017 15:14

Ca me va dans la forme et dans le fond
Image

Revenir vers « Précis d'histoires naturelles / carnets écologiques »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité